Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, Jean Gagnon, digère toujours mal que ses membres ne sont pas rembauchés pour le Centre Vidéotron. 

À l'émission Première heure ce matin, Jean Gagnon a répété que Québecor aurait dû embaucher automatiquement les employés de l'ancien Colisée dans le nouvel amphithéâtre. La plupart vont tout simplement perdre leur emploi, soutient-il.

Jean Gagnon va aussi plus loin en reprochant à Québecor d'avoir confié la gestion des différents services de l'amphithéâtre à des entreprises étrangères.

« Il faut comprendre que Québecor n'avait pas d'expertise. On a donné toute la gestion de ce projet-là en cadeau à des entreprises qui viennent de l'extérieur. »

Pierre-Karl Péladeau critiqué

Jean Gagnon s'en prend aussi directement à Pierre Karl Péladeau. Il reproche à l'actionnaire de contrôle de Québecor et chef du Parti québécois d'avoir choisi des entreprises étrangères pour la sous-traitance. 

« Sa propriété, parce qu'il a beau dire qu'il ne s'en occupe plus et qu'il n'est plus là, mais la compagnie que ce gars-là gère, donne tous les contrats aux intérêts étrangers », déplore-t-il.

Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec a fait parvenir une lettre aux membres de la Fédération des syndicats autonomes pour dénoncer la situation.

Le Centre Vidéotron tient une seconde foire de l'emploi aujourd'hui à l'Hôtel Plaza de Québec dans le but de pourvoir 400 postes dans divers services.

Des placiers, des percepteurs de billets, des responsables de la sécurité, de l'entretien ménager, des techniciens en électricité et des coordonnateurs d'événements sont recherchés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine