Retour

Jeux panam : des chauffeurs d'autobus de Québec en renfort

Plusieurs chauffeurs d'autobus francophones sont venus prêter main-forte à l'organisation des Jeux panaméricains à Toronto. 

En tout plus de 300 autobus conduisent les athlètes et officiels pendant les Jeux, selon les organisateurs, et si une majorité des véhicules viennent de l'Ontario plusieurs viennent du Québec.

« L'effervescence était palpable quand on a avisé les gens, ils étaient tellement contents et excités. Nos chauffeurs nous envoient des photos tous les jours », dit Mario Bernier, directeur du transport chez Autobus Laval. La compagnie de Québec a envoyé 16 autobus et deux chauffeurs par véhicule à Toronto.

Les chauffeurs d'Autobus Laval connaissent bien la région torontoise : une grande partie d'entre eux font de 25 à 30 voyages par ans dans la région de Toronto et du Niagara. 

Mais que pensent-ils de leur expérience dans la Ville Reine pendant les Jeux panam? Nous leur avons posé la question. 

Les voies réservées

Les chauffeurs auxquels nous avons parlé sont unanimes, les voies réservées sont un succès.

Claude Pouliot, chauffeur chez Autobus Laval, vient régulièrement à Toronto à la fois pour le travail et pour des raisons personnelles. Selon lui, « ça va très bien! Je suis même surpris, parce que le trafic est différent de celui de Québec. Les voies réservées sont accessibles, sont respectées aussi. Pour nous, ça va bien pour conduire, il n'y a pas de stress! ».

Sa collègue, Sylvie Vaudry estime que « sur la 404, ça va bien dans ce coin-là, c'est important que [la voie réservée] soit là ».

Jean-Denis Saucier, chauffeur d'autobus pour la compagnie Leduc Bus Line basé à Rockland dans l'est de l'Ontario, croit aussi que ce sont « des mesures qu'ils ont prises pour faciliter le transport pour les Jeux, et je pense qu'ils ont réussi. Les automobilistes sont moins contents, mais nous, on aimerait que ce soit comme ça toute l'année! ».

La congestion au centre-ville

Mais lorsque les chauffeurs arrivent au centre-ville, il n'y a plus de voies réservées et ils doivent s'adapter à la congestion routière et aux piétons.

Yves Sauvageau, qui travaille lui aussi pour Autobus Laval, raconte que « des fois, il faut attendre trois changements de lumières avant d'être capable de virer à droite. J'ai remarqué qu'ici, dans le centre-ville, c'est extrêmement congestionné, surtout en autobus ».

Un autre chauffeur, Égide Tremblay, trouve que le problème vient plutôt des piétons. « Ils prennent leur temps! Ils devraient mettre des viaducs, à chaque rue pour qu'ils passent! », dit-il.

Claude Pouliot fait le même constat. « Il y a beaucoup de personnes. Il s'agit de respecter les piétons c'est comme ça ici. Il faut être patient et comme ils nous l'ont dit, notre slogan c'est "Have fun!", alors on s'amuse, on est patient et ça va bien! ».

Et Toronto?

Avec le temps, les chauffeurs d'autobus disent avoir vu Toronto évoluer et avoir appris à aimer la ville.

Sylvie Vaudry qui a toujours voulu aller habiter à New York serait prête à changer d'avis et préférer Toronto. « Je dis toujours que Toronto est devenue une ville "friendly"! Avec le temps, ça fait 20 ans que je viens ici, les 10 dernières années c'est devenu très différent. Avant les 10 autres années, c'était plus sobre, plus "british", plus calme. Maintenant c'est dynamique, c'est super beau, c'est une ville très prospère. Ça construit, l'économie va bien », fait-elle remarquer.

Yves Sauvageau, qui a travaillé pendant plusieurs années dans la Ville Reine apprécie aussi les Torontois. « Ah ils sont sympathiques! Ils sont gentils, ils sont très très sympathiques », dit-il.

Jean-Denis Saucier affirme que « c'est pas mal tout le temps comme ça Toronto, c'est une ville multiculturelle. C'est de plus en plus comme ça. T'apprends à aimer Toronto à force de venir ici. Robert Charlebois disait "Toronto, ça ferme trop tôt!", mais ce n'est plus le cas. C'est une belle ville à découvrir ».

Avec des informations de Sébastien Saint-François

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine