Cinq vétérans de la Deuxième Guerre mondiale ont reçu mardi la médaille de la Légion d'honneur des mains du consul général de France au Québec, Nicolas Chibaeff.

Les attentats de Bruxelles ont donné une symbolique particulière à l'événement. Nicolas Chibaeff a salué le sacrifice des soldats canadiens et leur combat pour la liberté, parlant « d'un combat à renouveler en permanence ».

Les cinq médaillés ont tous servi en Normandie en 1944. Marcel Soulard, Donald Sénéchal, Paul-Émile Provencher, Louis-Philippe Michaud et Ernest Bourgeois ont reçu leur médaille, devant leur famille, des amis et d'actuels militaires canadiens.

L'insigne de chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur est la plus grande distinction militaire décernée par la France. Un sixième militaire, Henri Couture, a été décoré la semaine dernière avant de mourir quelques heures plus tard.

« Ce n'est pas la médaille qui fait le gars! »

À 97 ans, Paul-Émile Provencher prend cet honneur avec un grain de sel. Cette distinction, qui s'ajoute aux nombreuses déjà reçues, il l'accepte pour ses compagnons tombés au combat. « Je n'étais pas tout seul », lance-t-il.

En 1941, il est arrivé en Europe avec 1000 soldats du régiment Maisonneuve. Seulement 13 sont revenus vivants.

Malgré la décoration reçue, Paul-Émile Provencher est déçu de constater que la guerre n'est pas chose du passé. « Si on avait fait ça et que tout allait très bien, mais il y a encore des problèmes. Mais si on n'avait pas fait ça, peut-être que ce serait pire? », questionne le vétéran.

Pour sa fille, Uparathi Provencher, la cérémonie est une grande reconnaissance, même si elle a toujours été consciente des exploits de son père. « J'ai toujours été très fier de lui, mais que ce soit reconnu par la France, c'est comme un poids de plus », dit-elle en tenant le bras de son père.

La cérémonie a eu lieu à la Maison Paul-Triquet, un CHSLD de Québec qui accueille exclusivement des vétérans. 

Plus d'articles

Commentaires