Retour

Journée contre l’islamophobie : Trudeau poursuit sa réflexion

Justin Trudeau ne sait toujours pas s'il acquiescera à la demande du Conseil national des musulmans canadiens d'instaurer une journée nationale contre l'islamophobie.

De passage à Québec jeudi, le premier ministre a affirmé être toujours en réflexion. Il a néanmoins évoqué les effets pervers d’une telle journée lors d’une entrevue à l’émission Première heure de Radio-Canada.

« Je pense que c’est important de souligner l’intolérance envers les gens croyants, mais on veut éviter le genre de backlash [contrecoup] qu’on voit des fois quand on fait des actions comme ça parce que malheureusement, il y a encore une petite minorité intolérante, mais on est en réflexion sur comment on va commémorer ça », a déclaré M. Trudeau.

Le directeur du Conseil national des musulmans canadiens, Ihsaan Gardee, a récemment écrit au premier ministre afin de lui demander de décréter le 29 janvier, date d’anniversaire de l’attentat à la mosquée de Québec, journée nationale contre l’islamophobie.

PLQ, PQ et CAQ opposés

Le premier ministre du Québec et chef du Parti libéral, Philippe Couillard, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec se sont tour à tour prononcés contre cette proposition.

Les trois principaux partis politiques représentés à l’Assemblée nationale insistent toutefois sur l’importance de commémorer la tragédie qui a fait six morts et plusieurs dizaines de blessés.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, abonde dans le même sens. Il soutient que la proposition de créer une journée contre l’islamophobie a fait naître un débat qui risque « d’occulter notre devoir de mémoire envers les victimes de la tuerie ».

Trudeau à Québec le 29 janvier

Le premier ministre Trudeau a par ailleurs confirmé qu'il sera de retour à Québec le 29 janvier pour assister aux commémorations visant à souligner le premier anniversaire de l’attaque.

« Ça a été tellement touchant pour moi d’être ici avec une douzaine de milliers de citoyens suite à la terrible attaque de l’année passée, je pense que ça a été un moment de prise de conscience, un moment d’éveil sur le danger d’intolérance et je pense que c’est important qu’on se rassemble ensemble. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité