Retour

Journée d’accueil pour des centaines d’immigrants à Québec

Parmi les quelque 3000 nouveaux arrivants qui élisent domicile à Québec annuellement, des centaines d'entre eux ont profité samedi de la traditionnelle journée d'accueil qui leur est dédiée, au Centre Vidéotron.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, ont uni leur voix pour souhaiter la bienvenue à cette nouvelle cohorte d’immigrants.

Si l'heure était à la rigolade et au plaisir, plusieurs immigrants ont fait part de leurs difficultés à trouver un emploi à leur arrivée au Québec.

« Je fais les démarches et ce n'est pas facile du tout, a souligné Laure Ngato, une immigrante du Cameroun. Ce n'est pas facile. Il faut se remettre à jour. Il faut s'adapter aux nouvelles donnes du pays. Mais ça va aller. »

En mêlée de presse, le ministre Blais a réitéré l’intention du gouvernement de reconnaître, à leur juste valeur, les compétences professionnelles des immigrants au Québec.

En février dernier, Philippe Couillard annonçait qu’il était déterminé « à lever ces barrières » qui empêchent les immigrants d'exercer leur métier ou leur profession dans la province. Des modifications doivent être apportées au projet de loi 98, qui modifie diverses lois concernant, principalement, l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel.

« On en a parlé dans le budget et cette mesure vise à simplifier la reconnaissance des compétences et des qualifications des nouveaux immigrants, a précisé le député de Charlesbourg. Souvent, les employeurs nous disent que les gens arrivent et qu’ils ont clairement les qualifications. »

Le maire Labeaume a pour sa part salué ces nouvelles mesures annoncées par le gouvernement. Selon lui, elles faciliteront l’intégration des nouveaux arrivants.

« Le problème ce n’est pas de trouver un emploi, c'est de faire reconnaître le diplôme », a reconnu le maire de Québec.

« Un MBA dans une université réputée au Maghreb ou en France [équivaut à un MBA au Canada lorsqu’on compare] les notions d'économie ou de macroéconomie. C'est international. »

Quelque 51 000 nouveaux arrivants doivent élire domicile au Québec en 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine