Retour

Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau se disent « oui »

Le mariage du chef de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, et de la productrice et animatrice Julie Snyder est l'événement mondain de l'année à Québec. Le couple s'est marié en soirée dans la chapelle du Musée de l'Amérique francophone.

Auparavant, les vedettes ont été nombreuses à défiler sous les yeux des centaines de curieux venus attendre l'arrivée du célèbre couple. Tous les membres du caucus du Parti québécois étaient présents.

Pierre Karl Péladeau avait choisi comme témoin l'animateur français Michel Drucker. Pour sa part, Julie Snyder en avait deux : Benoît Clermont et Marianik Giffard, des proches collaborateurs aux Productions J, sa maison de production.

Après la cérémonie du mariage, une soirée sous le thème du nationalisme a eu lieu dans la cour intérieure du Petit séminaire de Québec, où un immense chapiteau avait été aménagé. La musique québécoise et les produits du terroir y occupaient une place de choix.

Des artistes de marque en ont mis plein la vue et les oreilles aux quelque 400 convives qui ont été invités à cette soirée.

C'était le cas de Marie Mai, qui se disait très flattée et honorée d'avoir été invitée au mariage. Elle a chanté trois chansons au cours de la soirée « pour faire danser les gens ». « Julie et moi, on a une relation qui va tellement au-delà de la business. C'est une femme que j'aime énormément », a-t-elle souligné.

L'auteur-compositeur-interprète de renom Jean-Pierre Ferland a chanté sa chanson Un peu plus haut, un peu plus loin.

Après le mariage en soirée, le couple a fait une sortie dans la rue pour s' embrasser sous les vivats de la foule.

Des invités de marque

Parmi les invités au mariage, célébré par le maire de Québec Régis Labaume, figuraient les anciens premiers ministres péquistes Pauline Marois et Bernard Landry.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, le maire de Montréal, Denis Coderre, et le grand chef huron de Wendake, Konrad Sioui, faisaient également partie de la liste des invités.

En plus de Marie Mai et de Jean-Pierre Ferland, de nombreux artistes étaient présents et ont offert eux aussi des prestations, dont les chanteurs Paul Piché, Claude Gauthier et Éric Lapointe.

La chanteuse Céline Dion a été invitée, mais elle n'a pu se présenter. Elle a toutefois pris soin de préparer un message qui a été transmis aux nouveaux mariés durant la cérémonie.

De la « politique spectacle »

Denise Bombardier faisait partie de la liste des invités et a pris la parole durant la cérémonie. À ses yeux, tout le battage médiatique qui entoure ce mariage n'a rien de surprenant. Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau, dit-elle, forment un couple « qui provoque des réactions extrêmes dans un sens comme dans l'autre ».

« Il faut dire que c'est quand même le chef de l'opposition qui se marie avec la productrice vedette de télévision. [...] Je vous assure que si ça se passait en France, ce serait exactement la même chose. »

Cet événement, ajoute Mme Bombardier, est bien entendu de la « politique spectacle ».

Un événement qui n'est pas exceptionnel

Pour les employés du Musée de l'Amérique francophone, l'événement n'est pas exceptionnel. La chapelle du Musée de l'Amérique francophone, qui a été désacralisée en 1992, organise régulièrement des événements privés semblables.

« C'est un mariage comme on en accueille plusieurs. C'est un peu la même formule », affirme Marie-Ève Abran, coordonnatrice pour les événements privés des Musées de la civilisation.

Les gens choisissent la chapelle pour son cachet historique, mais l'endroit peut également prendre des allures festives. En soirée, l'éclairage permet de changer complètement l'ambiance.

« On ne voit plus ce qui est sur les murs. On a vraiment l'impression d'être dans des lieux différents et même en fin de soirée avec nos éclairages, ça fait un peu discothèque », raconte Marie-Ève Abran.

Plus d'articles

Commentaires