Retour

Jusqu'à 10 ans de prison réclamés pour le chauffard guatémaltèque Ovalle Leon

Me Audrey Roy Cloutier estime que le chauffard mérite une peine plus sévère que celle imposée à Tommy Lacasse, ce jeune Beauceron qui purge six ans et demi de prison pour avoir fauché la vie de ses deux passagères, alors qu’il était lui aussi en état d’ébriété.

« Il y a des circonstances aggravantes qui sont présentent dans le dossier de M. Ovalle Leon qui ne l’étaient pas dans le dossier de Tommy Lacasse », plaide l’avocate qui représentait le ministère public au procès du Beauceron.

Pedro-Antonio Ovalle Leon conduisait à haute vitesse avec près de deux fois la limite permise d’alcool dans le sang lorsqu’il a percuté la voiture des victimes. Deux passagers sont morts et les deux autres ont été gravement blessés.

Me Roy Cloutier souligne également la conduite erratique du chauffard, qui circulait à sens inverse à 130 km/h dans une zone de 50 km/h sur la route 171 au moment de l’impact.

« On a une certaine distance où le véhicule de M. Ovalle Leon a circulé à haute vitesse en sens inverse. Il y a des témoins, il y a des impacts qui ont été évités par des conducteurs avant l’impact fatal », fait-elle valoir.

La défense propose cinq ans

La défense a mis dans la balance plusieurs facteurs atténuants pour suggérer à la juge une peine d’emprisonnement de cinq ans pour l'accusé.

L’avocate de Pedro-Antonio Ovalle Leon estime que la magistrate doit prendre en considération le fait que son client a plaidé coupable, qu’il n’a pas d’antécédent judiciaire et qu’il a exprimé des remords dans une lettre lue en cour lundi matin.

En septembre dernier, Ovalle Leon a plaidé coupable à 14 des 18 chefs d’accusations qui pesaient contre lui, dont conduite avec les facultés affaiblies causant la mort, conduite dangereuse et possession de méthamphétamines. Des accusations de négligence criminelle ont été abandonnées.

Natacha Bolduc-Blouin, la tante de Dereck Bolduc-Coulombe, une des victimes, n’a pas voulu commenter les recommandations des avocats des deux parties. Dans une lettre lue devant le tribunal, elle a affirmé que « la douleur est toujours aussi vive qu’au premier jour » pour la famille.

Le drame a aussi coûté la vie à Louis-David Fournier. Les deux victimes étaient âgées de 19 ans.

La juge a mis la cause en délibéré. Elle annoncera sa décision le 27 février.

Plus d'articles