Retour

Jusqu'à 4 ans de prison réclamés pour Jean-Claude Bergeron

La Couronne demande une peine allant jusqu'à 4 ans d'emprisonnement pour le père rédemptoriste Jean-Claude Bergeron. L'homme de 75 ans a été reconnu coupable en décembre d'attentat à la pudeur et de grossière indécence sur 7 élèves de l'ancien Séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré, dans les années 70 et 80.

La Couronne a fait valoir de nombreux facteurs aggravants pour justifier cette recommandation, lors des représentations sur la peine vendredi, au palais de justice de Québec.

En plus de citer le jeune âge et le nombre élevé de victimes, l'avocat de la poursuite a noté que les actes se sont déroulés sur une période de 4 ans alors que Jean-Claude Bergeron était en position d'autorité.

Les victimes n'ont pas témoigné à cette étape des procédures, mais quatre d'entre elles ont déposé une lettre détaillant les conséquences des agressions. Plusieurs disent avoir souffert d'anxiété, de dépression et avoir eu des pensées suicidaires.

L'avocat de Jean-Claude Bergeron plaide pour sa part en faveur d'une peine à purger dans la collectivité. Me Michel Massicotte fait valoir que son client n'a pas d'antécédent judiciaire.

L'avocat estime que le dossier de Jean-Claude Bergeron est moins lourd que celui de du père Raymond-Marie Lavoie. Ce dernier a été condamné à 5 ans d'emprisonnement en 2012 pour avoir agressé 13 victimes.

Lettre d'excuses

Me Massicotte a aussi lu une lettre écrite par son client qui demande pardon à ses victimes. Le septuagénaire dit réaliser les conséquences de ses actes et être résigné à en assumer les conséquences.

L'une des victimes, Stéphane Trottier, a quitté le tribunal lors des explications de la défense. Il s'est dit choqué que la défense tente de « victimiser » Jean-Claude Bergeron. « J'ai trouvé ça très douloureux », a-t-il dit aux journalistes à la sortie du tribunal.

Stéphane Trottier a aussi qualifié la lettre d'excuse d'« un manque total de respect. » Selon lui, il s'agit d'une « tactique de défense ».

Le juge prononcera la peine le 16 mai.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité