Retour

Jusqu'à 800 réfugiés syriens à Québec en 8 mois

La Ville de Québec met tout en branle pour pouvoir à accueillir jusqu'à 200 familles de réfugiés syriens en 8 mois, soit l'équivalent d'environ 800 nouveaux arrivants.

Le maire a fait le point cet après-midi sur « le travail colossal » effectué depuis deux semaines pour mettre en œuvre le processus d'accueil. Une opération « extrêmement complexe », « qui ne laisse aucune place à l'improvisation », a souligné Régis Labeaume.

La Ville veut privilégier les familles parce qu'elles sont « les plus vulnérables », dit le maire. À un mois d'avis, la Ville se dit prête à accueillir une première cohorte de Syriens.

Régis Labeaume a évoqué deux scénarios, soit l'accueil de 125 familles en deux mois, ce qui représente environ 500 réfugiés, ou de 200 familles (environ 800 réfugiés) en 8 mois.

La Ville travaille de concert avec le Centre multiethnique de Québec, la Clinique des réfugiés, la Croix-Rouge et l'Office municipal d'habitation, entre autres, afin de coordonner tous les besoins et assurer l'intégration des futurs arrivants.

L'accueil de ces réfugiés nécessitera notamment l'embauche d'intervenants sociaux, d'infirmières, de médecins et d'enseignants. Il faut aussi trouver des logements et des locaux pour les classes.

Le coût pour l'accueil de 125 familles est évalué à 3,8 millions de dollars. À 200 familles, la facture s'élève à 5,2 millions de dollars. La Ville compte sur l'engagement financier des gouvernements pour défrayer la majeure partie de ces coûts. Québec a prévu un budget de 29 millions de dollars pour l'accueil de réfugiés.

Des lettres ont déjà été transmises aux ministres de l'Éducation, de la Santé et des services sociaux et des Affaires municipaux pour leur faire part des besoins de la Ville. Le maire réclame notamment un programme de supplément au loyer temporaire pour défrayer une partie des coûts des logements.

L'enjeu de la sécurité

Régis Labeaume a aussi insisté sur la question de la sécurité. « Les gens de Québec veulent aider, veulent accueillir, mais ils sont très inquiets quant à la sécurité dans les mois qui suivront l'accueil de réfugiés. Ça ne sert à rien de se leurrer là-dessus, il faut en parler et il faut démystifier ça », dit-il.

Le maire dit s'être entretenu avec le ministre fédéral Denis Lebel afin d'obtenir certaines garanties. « Je veux savoir exactement de quelle façon vous serez extrêmement vigilant quant à la sécurité et au filtrage des réfugiés, a-t-il dit au ministre. Je veux comprendre comment vous le faites, comment ça se fait. Je dois sécuriser la population en expliquant que le travail est fait adéquatement. »

Le maire de Québec invite les citoyens à mettre de côté les vêtements d'hiver ou les meubles qu'ils sont prêts à donner, mais la cueillette se fera plus tard. Les promoteurs immobiliers qui ont des logements à un prix raisonnable peuvent également contacter la Ville.

En moyenne, la ville de Québec accueille entre 300 et 350 réfugiés par année.

Plus d'articles

Commentaires