Retour

Karen Young et Coral Egan bientôt réunies sur un album mère-fille

La Chapelle du Musée de l'Amérique francophone a été envahie par les voix de six femmes, dimanche après-midi, à l'occasion d'un concert de Noël bien loin des sentiers battus. Parmi les chanteuses se trouvaient Karen Young et Coral Egan, la mère et la fille, qui peaufinent leur premier album en duo.

Des chansons « obscures, traditionnelles, médiévales, dans plusieurs langues et d’un calibre élevé » : voilà comment Coral Egan décrit le récital Lux Hodie – Célébration de la lumière, livré dimanche dans le Vieux-Québec.

On y a entendu des musiques sorties du 12e siècle tout comme une composition contemporaine de Francis Poulenc. Ont aussi retenti des mélodies anonymes de la Catalogne, de la République tchèque et de l’Irlande, notamment.

Un concert « pour du monde qui ne veut plus entendre du Jingle Bells ou la musique qu’on entend dans les magasins pendant Noël », ajoute Coral Egan, un brin moqueuse.

Sa voix de soprano s’est alliée à celle de sa mère, une mezzo-soprano, à celle de quatre autres femmes ainsi qu’à la musique de la harpiste Éveline Grégoire-Rousseau.

« Le concert de Noël de mes rêves! », lance Karen Young, à la tête du groupe. Ce n’est pas la première fois qu’elle partage la scène avec sa fille, et certainement pas la dernière non plus.

Dreamers : sortie prévue en mars

« Je lui ai dit ça il y a 20 ans, je pense, qu’elle était ma soprano préférée! », dit-elle au sujet de celle qu’elle a mise au monde. Cet amour indéfectible se traduira en mars 2017 sur un album en duo dont le titre a déjà été arrêté : Dreamers.

« C’est quelque chose qu’on a décidé de faire après avoir joué au Festival de jazz l’été passé, raconte la mère au sujet de cette collaboration sur disque. On a dit, "O.K., c’est le temps". »

Le travail en studio est déjà bien amorcé et Karen Young avoue être emballée par le processus de création. L’album, qui alliera des chansons originales et des coups de cœur communs à la mère et la fille, sera un mélange de leurs influences musicales respectives.

Coral Egan admet qu’elle aime travailler avec sa mère, qui lui permet d’être elle-même. Et le fait que l’album doive paraître dans trois mois est apparemment une motivation.

« On partage une muse : la muse de la dernière minute! », dit Coral Egan.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine