Retour

Katerine Savard retrouve le sourire et ira à Rio

Une autre 3e place, mais pas d'amertume cette fois... Katerine Savard est sortie de la finale du 200 m libre des essais canadiens olympiques avec un billet pour Rio comme relayeuse, jeudi, à Toronto, un immense soulagement après sa déconvenue au 100 m papillon.

La Québécoise s'est bien battue pour le deuxième et dernier billet olympique disponible et a touché le mur en 1 min 58 s 17/100. Mais ce billet est allé à l'Ontarienne Penelope Oleksiak (1:57,59), 15 ans, qui l'avait chassée de son trône au 100 m papillon mardi.

Britanny MacLean a laissé une aussi bonne impression que lors de sa victoire au 400 m libre. L'Ontarienne de 22 ans s'est offert la victoire avec un record canadien à la clé (1:56,94).

Avec sa 3e place, Katerine Savard s'assure d'être du relais 4 x 200 m libre à Rio, comme la Torontoise Kennedy Goss (4e en 1:58,26), d'ailleurs. Il fallait la voir, tout sourire après sa course.

« Je suis tellement contente, a lancé Savard aux côtés de MacLean, Oleksiak et Goss. Je suis déçue de ne pas y aller au 100 m papillon et je voulais tout donner dans cette course. Je suis vraiment contente de faire l'équipe avec ces filles ».

Cochrane lancé

Le spécialiste des longues distances et vétéran de l'équipe canadienne, Ryan Cochrane, a survolé sa première finale de ces essais au 400 m libre, épreuve dans laquelle il a remporté le bronze aux mondiaux 2015.

Le Britanno-Colombien de 27 ans a été le seul à nager sous le standard olympique avec un temps de 3:48,54, qui ne le satisfait pas pleinement, mais qui lui permet tout de même de se qualifier pour ses troisièmes Jeux à Rio.

« Ce n'était pas la course dont je rêvais, a-t-il commenté. Je travaille fort cette année et on va se remettre au travail pour s'améliorer. Je serai dans le coup quand j'affronterai les meilleurs au monde ».

Cochrane complètera ses qualifications dimanche, au 1500 m libre, épreuve qui lui a aussi donné le bronze aux mondiaux de 2015.

Une histoire de famille

Un seul nageur a réussi son standard olympique au 200 m brasse : Ashton Baumann (2:10,69). Il ira aux Jeux 32 ans après son père, Alex Baumann, médaillé d'or aux 200 et 400 m quatre nages à Los Angeles en 1984.

Rivard intouchable

Après le 50 m libre et le 400 m libre, Aurélie Rivard (S10) a ajouté une troisième épreuve à son programme paralympique à Rio. La Québécoise de 19 ans a dominé d'un bout à l'autre du 200 m quatre nages avec une performance de 2:35,99.

« C'est la course qui fait le plus mal, a-t-elle dit à sa sortie de la piscine. C'est loin de mon meilleur temps à vie, mais c'est correct ».

La Terre-Neuvienne Katarina Roxon, 2e en 2:41,66, a aussi nagé en dessous du standard paralympique de sa catégorie (S9).

Huot sans souci

La finale du 200 m quatre nages a aussi été bonne pour Benoît Huot (S10). Le Longueuillois de 32 ans a fait son monologue en 2:14,07 et ira défendre son titre à Rio dans cette épreuve.

L'homme aux 19 médailles paralympiques tentera de se qualifier dans une troisième épreuve, samedi, au 100 m dos.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine