Retour

L'absence de transport en commun à l'aéroport Jean-Lesage suscite le mécontentement

La grève des taxis à Québec a permis de réaliser que l'absence de transport en commun entre l'aéroport Jean-Lesage et le centre-ville peut représenter un casse-tête pour les voyageurs. Québec est la seule capitale canadienne de plus de 500 000 habitants qui n'offre pas de service d'autobus.

Au début octobre, des centaines de voyageurs ont été pris en otage à l'aéroport lors de la grève de l'industrie du taxi. Cette situation a été particulièrement problématique à l'auberge de jeunesse de Québec, la plus achalandée au pays avec plus de 40 000 visiteurs annuellement.

Le 5 octobre, un employé a dû se porter volontaire pour transporter les voyageurs à l'aéroport. Quand il n'y a pas grève, l'auberge propose à ses clients de partager des taxis pour économiser de l'argent, faute de transport par autobus.

La course pour l'aéroport coûte 35 $, soit 13 $ de plus que le prix d'une nuit en dortoir, explique le président du conseil d'administration, Yannick Fortier.

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) offre un service aux employés de l'aéroport le matin et le soir, mais pour le terminus Les Saules.

L'aéroport admet l'existence d'une « lacune sérieuse »

Lors de la commission parlementaire sur le transport rémunéré de personne en mars dernier, le vice-président marketing et développement de l'aéroport de Québec, Bernard Thiboutot, reconnaissait publiquement une lacune sur le plan du transport.

Le plan de mobilité durable de la ville déposé en 2011 souligne aussi cette faille. « Aucun système de transport en commun ne dessert l'aéroport international de Québec. Il s'agit d'une lacune sérieuse qu'il faut impérativement corriger », peut-on y lire.

L'aéroport reçoit fréquemment des commentaires de voyageurs sur le manque de service de transport en commun, explique Mathieu Claise, directeur des communications et affaires publiques à l'aéroport de Québec. Il achemine ces demandes au RTC.

Une demande insuffisante

Le RTC affirme toutefois ne pas avoir suffisamment de demandes pour desservir l'aéroport pour le moment. Son président, Rémy Normand, met aussi de l'avant l'argument de la rentabilité pour justifier l'absence de transport en commun entre l'aéroport et le centre-ville.

L'aéroport de Québec est en pleine expansion. Il souhaite accueillir 2 millions de visiteurs en 2020, soit 25 % de plus qu'actuellement. Un dialogue est ouvert avec le RTC pour une éventuelle desserte de l'aéroport.

« On sait qu'à un moment donné ça va devenir nécessaire, et je vous dirais qu'on le situe plus dans le temps avec le SRB », affirme Rémy Normand.

La première phase du service rapide par bus (SRB) est prévue pour 2022. Le RTC envisage de créer un parcours d'autobus pour rejoindre le SRB, qui, lui, se rendra jusqu'au centre-ville.

Ci-dessous, transport en commun à l'aéroport en fonction des capitales

Plus d'articles