Retour

L'achat obligatoire d'un iPad dans une école de Lévis dénoncé

La mère d'un adolescent qui fréquente l'École Pointe-Lévy n'est guère heureuse que l'établissement l'oblige à acheter une tablette électronique pour son fils, qui a choisi un programme particulier nécessitant l'utilisation de cet outil.

Isabelle Plante a du mal à comprendre pourquoi l'école n'offre pas la possibilité d'emprunter un iPad, qu'elle juge coûteux. La Commission scolaire des Navigateurs réplique que l'élève n'avait qu'à choisir un autre programme ne comportant pas cette exigence.

Isabelle Plante croyait bien faire en inscrivant son fils Émerick au programme Langues et multimédia offert à l'École Pointe-Lévy. Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle a appris que l'achat d'une tablette électronique était obligatoire, le iPad Air 2 précisément. Une tablette qui coûte 700 $. Pour cette mère de famille monoparentale, la facture est beaucoup trop salée.

Mme Plante déplore aussi le manque d'options mises en place par l'établissement scolaire. « Si c'est seulement pour le programme Langues et multimédia, le iPad n'est peut-être pas nécessaire en tout temps. Il pourrait y avoir une part de matériel fourni par l'école et que les étudiants l'utilisent à tour de rôle. »

La Commission scolaire se justifie

La Commission scolaire des Navigateurs estime que les parents agissent en connaissance de cause lorsqu'ils inscrivent leur enfant dans un programme particulier, comme celui de Langues et multimédia. « C'est sûr qu'ils doivent s'attendre [à débourser de l'argent pour du matériel] et ils savent qu'ils ont des frais à payer », dit Louise Boisvert, coordonnatrice aux communications à la Commission scolaire des Navigateurs.

Pourtant, la Loi sur l'instruction publique est claire : les écoles doivent fournir gratuitement le matériel didactique obligatoire. La Commission scolaire soutient ne pas être dans l'illégalité, puisqu'il s'agit d'un programme optionnel, qu'aucun élève n'est obligé de choisir.

Pointe-Lévy n'est pas la seule école secondaire à exiger l'achat d'un iPad. L'École Le Sommet, dans le secteur de Charlesbourg, oblige les élèves à se procurer une tablette électronique depuis deux ans déjà. La nouvelle avait fait les manchettes l'an dernier.

La direction de l'École Le Sommet a tout de même mis certaines dispositions en place pour aider les parents à réduire le fardeau financier associé à cet achat important. La location d'un iPad est maintenant possible, moyennant des frais de 140 $ par année. L'école finance aussi l'achat d'une tablette sur trois ans, sans intérêt. Une aide qui n'est pas offerte à l'École Pointe-Lévy.

Le ministère de l'Éducation réagit

Mis au courant de ce nouveau cas d'une école qui oblige l'achat d'un iPad, le ministère de l'Éducation a réagi par voie de communiqué. Le Ministère a tenu à rappeler que l'achat de tablettes électroniques ne peut être exigé par les commissions scolaires. La Loi sur l'instruction publique stipule que les élèves ont le droit de recevoir gratuitement les services éducatifs. Ce droit s'étend aux manuels scolaires et au matériel didactique requis.

Les parents qui s'estiment lésés par leur commission scolaire peuvent déposer une plainte auprès du ministère de l'Éducation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine