Retour

L'action collective contre Anacolor portée en appel

L'usine de peinture Anacolor porte en appel la décision du tribunal d'autoriser une action collective contre cette entreprise située dans le secteur de Cap-Rouge, à Québec.

Anacolor souhaite faire renverser la décision de la juge Alicia Soldevila qui a donné le feu vert à une action collective contre Anacolor au début de 2018.

Dans sa requête, l'entreprise de Cap-Rouge souligne que les odeurs qui émanent de l'usine constituent un préjudice de nature subjective qui est difficilement mesurable par un tribunal.

Des centaines de résidents du secteur disent subir des préjudices importants depuis plusieurs années en raison des émanations de l’entreprise de peinture industrielle.

Les demandeurs réclament donc une compensation pouvant atteindre 17 000 $ par citoyen incommodé, selon la zone où il réside.

La porte-parole du regroupement des citoyens pour la qualité de l'air à Cap-Rouge, Zeina Constantin, accuse Anacolor de vouloir « encore gagner du temps ».

« À chacune des étapes au plan juridique, ils ont demandé un report. Toutefois, cette fois-ci, je trouve ça un peu exagéré », dénonce-t-elle.

Pour le regroupement des citoyens, ce report dans les négociations « vient les piquer au vif ».

« La première plainte a été logée en 2012. On est en 2018 », souligne-t-elle.

Déménagement?

Mme Constantin n’est par ailleurs pas du même avis que le premier ministre Philippe Couillard, lorsque ce dernier affirme qu’une entente sera bientôt ratifiée entre Québec et Anacolor concernant le déménagement de l’entreprise.

« Je ne sais pas ce qui se passe à la table des négociations, mais clairement, il y a quelque chose qui achoppe, pense-t-elle. On nous répète le même message depuis le mois de décembre. Je m’attendais à ce qu’au 1er avril, on ait une annonce ».

La requête d’Anacolor pour renverser la décision du juge Soldevila sera présentée devant la Cour d’appel le lundi 23 avril, au palais de justice de Québec.

Plus d'articles