Retour

L'agrandissement est une question de survie, plaide l'administration portuaire

Le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard, a réitéré devant les élus de Québec que la survie du Port est remise en question si le projet d'agrandissement à la baie de Beauport ne va pas de l'avant.

Mario Girard a expliqué aux élus lors d'un comité plénier que le Port devra investir des sommes colossales pour rénover ses installations, avec ou sans agrandissement. Les estimations présentées aux élus démontrent que plus de 300 millions de dollars seront nécessaires pour assurer la pérennité de ses services et de ses infrastructures.

Selon lui, le revenu généré par l'augmentation d'activités reliées à l'agrandissement, le projet Beauport 2020, est la seule source possible de financement. « S'il n'y a pas de Beauport 2020, on peut questionner la pérennité du port », explique-t-il.

Promesse de transparence et d'acceptation sociale

Lors de la présentation, Mario Girard a présenté les résultats d'un sondage produit par la firme CROP sur l'acceptation du projet. Selon les données, environ 80 % de la population de Québec se dit favorable à l'expansion du Port.

Des élus ont évoqué les émanations de poussières produites par les installations portuaires. Mario Girard s'est défendu en soulignant que les poussières dans l'air de Limoilou ne proviennent pas toutes des activités du port de Québec.

Il a aussi annoncé que le public aura accès aux résultats d'une station d'analyse de la qualité de l'air, installée le 17 juin dernier, sur la 2e Avenue à Limoilou. Dès mercredi, les données de cette station, qui analyse la quantité de poussière dans l'air, seront publiées quotidiennement sur le site internet du port.

Le PDG a toutefois refusé de dévoiler les données des sondes installées sur le territoire du port, une demande formulée par la conseillère Suzanne Verreault . Selon lui, ces capteurs détectent des niveaux infimes de poussières qui sont bien en deçà des normes environnementales, et ces informations ne doivent pas être rendues publiques.

Devant les questions de plusieurs élus sur les futurs clients des installations portuaires, Mario Girard a reconnu qu'il était difficile de savoir qui seront les clients d'ici quelques années.

Il a assuré aux conseillers que tous les nouveaux projets seront soumis à la population. « On va pour chaque nouveau projet prendre le temps de s'asseoir avec la population et expliquer le projet », a-t-il mentionné.

Qualité de l'air dans Limoilou

Dans son allocution devant les élus, Mario Girard a aussi salué la tenue de l'étude de la Santé publique sur la qualité de l'air à Limoilou. L'enquête, réalisée lors des deux prochaines années au coût de 440 000 $, devrait dresser un portrait exhaustif sur la présence de poussière dans l'air de Limoilou.

« On est heureux qu'un tiers indépendant prenne le temps de regarder l'ensemble des générateurs de nuisances potentielles », a déclaré Mario Girard.

Le grand patron du Port a aussi assuré la participation de l'administration portuaire à l'étude. « On va contribuer à ce projet-là en donnant toutes nos données pour qu'ils soient capables de dresser un portrait juste. »

Plus d'articles

Commentaires