L'ex-motard Claude Berger, connu comme musicien de rue à Québec, s'apprête à subir son procès à Montréal, six ans après son arrestation pour meurtre,

Claude Berger qui avait été arrêté en avril 2009 dans le cadre de l'opération SharQc fait face à des accusations de meurtre prémédité et de complot pour meurtre lors de la guerre des motards entre 1994 et 2002. Il faisait à l'époque partie du chapitre de Sherbrooke des Hells Angels.

Le procès devait commencer lundi matin, mais le juge de la Cour supérieure a reporté le début au 10 août à la suite du retrait d'un juré.

Claude Berger avait été remis en liberté en attendant son procès. 

Le trompettiste qui joue régulièrement dans le Vieux-Québec ne cachait pas son passé. « Lui-même en parlait ouvertement, il ne faisait pas de secret », raconte Normand Pelletier, un autre musicien qui le côtoie régulièrement. « C'est un très bon musicien. »

Résident du quartier Saint-Jean-Baptiste à Québec, il est décrit comme un voisin tranquille. « On l'entend pratiquer, pis c'est à peu près tout », raconte un de ses voisins qui le qualifie de « low profile ».

Claude Berger a fait partie de l'Orchestre symphonique de Québec et a enseigné la trompette au Cégep de Sherbrooke et à l'Université de Sherbrooke.

« On peut parler d'une vie parallèle, d'une double vie. [..] C'est assez exceptionnel. On retrouve des cas similaires souvent dans le milieu des affaires, pas dans le milieu de l'éducation », souligne l'expert en crime organisé André Cédilot.

Plaide coupable

Lundi matin, un coaccusé associé au chapitre de Québec, Émery Martin, a décidé de plaider coupable à une accusation réduite de complot général de meurtre. Il évite ainsi de subir un procès.

Six accusés seront jugés dans le cadre de ce procès.

Plus d'articles

Commentaires