Retour

L'ancien maire de Québec Gilles Lamontagne n'est plus

L'ancien maire de Québec Gilles Lamontagne est mort, mardi, à l'âge de 97 ans. Il est décédé subitement à sa résidence de Québec. Il avait été maire de la ville de 1965 à 1977.

Gilles Lamontagne a eu une longue carrière politique. Il est entré en politique municipale en 1962 et a été élu maire de la ville de Québec trois ans plus tard, sous la bannière du Progrès civique de Québec.

Pour plusieurs, il a été celui qui a permis à la ville d'entrer dans la modernité. À son arrivée au pouvoir, plusieurs secteurs de la ville étaient délabrés, comme la rivière Saint-Charles.

« On a pas idée de l'état dans lequel était cette ville lorsqu'il en a pris les commandes », a souligné le maire de Québec, Régis Labeaume, attristé par le départ d'un homme qui l'inspirait.

Le maire Lamontagne a par la suite lancé plusieurs chantiers, dont celui de l'Édifice H, sur la colline Parlementaire, et de l'autoroute Dufferin-Montmorency, qui lui ont valu plus tard, par certains, le surnom de « maire du béton ».

Après son passage de 12 ans à la mairie de Québec, Gilles Lamontagne a fait le saut en politique fédérale où il est devenu ministre des Postes, puis ministre de la Défense nationale, sous Pierre Elliott Trudeau.

Il quitte ensuite la politique en 1984 pour devenir lieutenant-gouverneur du Québec jusqu'en 1990. Gilles Lamontagne a aussi été aviateur durant la Seconde Guerre mondiale et avait été fait prisonnier durant 26 mois.

Biographie de Gilles Lamontagne en images

De nombreux hommages

Le ministre et député de Québec Jean-Yves Duclos a vu M. Lamontagne pour la dernière fois lors de son 97e anniversaire, le 17 avril, à sa résidence.

« Comme d'habitude, il était serein, il était courtois, il était affable et aimable, tout en sachant très bien que sa santé se détériorait, mais il n'en manifestait pas de signes », a précisé Jean-Yves Duclos.

« Il a beaucoup donné et on a raison d'être reconnaissant de sa contribution exceptionnelle », affirme le ministre.

Le premier ministre du Québec a souligné le départ d'un homme « remarquable ». « J'étais fortement impressionné chaque fois que j'ai conversé avec lui, sa connaissance fine de l'histoire de Québec, du Québec, et ses anecdotes qu'il nous racontait sur les aventures de la Deuxième Guerre mondiale, c'est incroyable pour la génération d'aujourd'hui. Il faut connaître ces histoires-là. Mais tout le Québec perd quelqu'un de très important », a déclaré Philippe Couillard

L'auteur de la biographie de Gilles Lamontagne, l'historien Frédéric Lemieux, affirme que le politicien était particulièrement fier de son passage à la mairie.

« Il avait l'habitude de dire qu'il avait vécu plusieurs carrières et celle de maire de Québec était celle où il était le plus près des gens et quand il est parti en 1977, il avait l'impression qu'il avait amélioré le quotidien des gens de la ville de Québec. »

Des funérailles officielles

Comme les autres anciens maires de Québec décédés, Gilles Lamontagne aura droit à des funérailles officielles qui se tiendront samedi, à 11 h, à la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec. La cérémonie sera présidée par le cardinal Gérald Cyprien Lacroix.

Son cercueil sera exposé en chapelle ardente à l'hôtel de ville. La population pourra lui rendre un dernier hommage vendredi de 10 h à 17 h, et samedi de 9 h 15 à 10 h 15. Un registre officiel de condoléances sera disponible sur place.

Le drapeau de la ville de Québec restera en berne jusqu'au crépuscule du jour des funérailles.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine