BILLET - Mathieu Betts sera-t-il le prochain footballeur québécois à tenter sa chance dans la NFL?

L’ailier défensif du Rouge et Or brise des records partout où il passe et il a encore réussi à faire tourner les têtes cette semaine au Défi Est-Ouest.

Lors des tests physiques, il a non seulement été le meilleur parmi les ailiers défensifs, mais il a aussi dominé des épreuves d’agilité où les receveurs de passes et les demis défensifs sont généralement en vedette.

À 6 pi 3 po et 250 livres (1 m 90 et 113 kg), il est à la limite de ce que les Américains recherchent à sa position. Les « purs » ailiers défensifs mesurent plus de 6 pi 4 po et font osciller la balance à plus de 260 livres.

Mais, au cours des dernières années, plusieurs équipes de la NFL font appel à des joueurs un peu plus petits, mais plus rapides.

Ces joueurs, qui étaient d’excellents chasseurs de quart au niveau universitaire, sont utilisés pour mettre de la pression, mais aussi pour couvrir les porteurs de ballons et les ailiers rapprochés en situation de passe.

C’est dans un rôle semblable que Betts pourrait intéresser les Américains.

Les dépisteurs et les entraîneurs vantent son côté explosif. Sa première enjambée est longue et rapide. En un clin d’œil, il se retrouve dans le champ arrière.

Ses tests de rapidité et d’agilité sont déjà intéressants. Il doit maintenant progresser en force et en puissance.

Pour le plaisir, on a comparé ses résultats avec ceux de deux joueurs de la NFL au gabarit comparable : Demarcus Lawrence des Cowboys et Yannick Ngakoue des Jaguars.

Les deux joueurs ont fini parmi les 10 premiers de la ligue pour les sacs du quart la saison dernière.

Mentionnons que la façon de mesurer le saut en longueur n’était peut-être pas la même, car c’est la seule épreuve où l’écart entre les résultats était significatif.

Personne n’a dépassé les 91 pouces (231 cm) au PEPS de l'Université Laval, alors que personne n’était en bas de 108 pouces (274 cm) au camp de la NFL.

Plusieurs observateurs à qui nous avons parlé cette semaine nous disent que les chiffres ne rendent pas justice à Mathieu Betts. C’est sur le terrain qu’il se démarque. Des dépisteurs de la NFL ont demandé à voir les vidéos de tous ses matchs de la saison dernière.

Plusieurs ont souligné l’excellente attitude du jeune homme de la région de Montréal.

Visiblement, il a du plaisir sur un terrain de football et c’est une bonne chose, car c’est toute une année qui attend Mathieu Betts. Elle s’est amorcée avec le Défi Est-Ouest. Ensuite, ce sera la saison du football universitaire canadien qui se terminera avec la tenue de la Coupe Vanier à Québec.

Si Betts connaît une saison à la hauteur des attentes, il sera peut-être au Shrine Bowl, l’équivalent américain du Défi Est-Ouest. Laurent Duvernay-Tardif avait profité de cette vitrine pour accroître l’intérêt de la NFL à son endroit.

Finalement, au printemps prochain, si tout va comme prévu, Mathieu Betts se retrouvera devants les dépisteurs une dernière fois avant d’amorcer une carrière professionnelle.

Reste à savoir si ce sera au Nord ou au Sud.

Sinon, il deviendra professeur d’éducation physique, car à travers tout ça, il doit trouver le temps de décrocher son diplôme de 120 crédits et il est confiant d’y parvenir.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine