Retour

L'Armée canadienne lance un avertissement aux militaires membres de groupes radicaux

Devant la popularité des réseaux sociaux, l'Armée canadienne souhaite mettre les choses au clair : les militaires ne sont pas autorisés à faire partie d'un groupe partageant des idées liées à l'extrême droite.

Un texte de Cathy Senay

À titre d'exemple, nous avons recensé environ 75 militaires membres du groupe Facebook secret de La Meute, un groupe ultranationaliste qui affiche notamment des idées islamophobes. Des militaires s'affichent dans ce réseau social en portant un uniforme de l’Armée canadienne.

Le colonel Paul Fuller, directeur de l’administration des carrières militaires au sein des Forces armées canadiennes, est pourtant formel : « faire partie de ces mouvements-là, ce n’est pas quelque chose qui fait partie de nos valeurs ».

Le colonel Fuller rappelle un principe fondamental de l’Armée canadienne : « Comme militaire, il faut être neutre face à l’opinion publique. Et ne pas avoir d’opinions personnelles qui vont à l’encontre de notre code de valeurs et d’éthique ».

Les militaires qui ne respectent pas cette règle s'exposent à des sanctions allant d'une première mise en garde à une libération de l’armée.

Le colonel Fuller invite les militaires à relire le Code de valeurs et d’éthique de l'Armée canadienne, basé sur le respect de la dignité de la personne.

Le danger d’être associé à un groupe

Kevin Laflamme, un jeune militaire en voie d’être libéré des Forces armées canadiennes, admet avoir déjà été membre de La Meute à ses débuts, en 2015. L'organisation a d'ailleurs été fondée par trois anciens militaires.

« Je suis sorti du groupe assez vite. Il y a différentes personnes là-dedans. Des gens disent des choses sensées, mais d’autres sont trop extrêmes. Moi, je ne voulais pas adhérer à ça, alors j’ai décidé de quitter », explique-t-il.

Ancien militaire, Bob Danis refuse aussi d'être identifié à des groupes radicaux qui s'exposent sur les réseaux sociaux. L'homme qui est aujourd'hui vice-président régional d'un programme venant en aide aux militaires et ex-militaires refuse d'être identifié à la droite ou la gauche.

Un militaire s'identifiant à La Meute sera refusé dans le local de l'organisme qu'il gère, prévient-il. Bob Danis souhaite se tenir bien loin de la controverse.

Pierre-Yves Courchesne n'a pas l'intention non plus de se laisser distraire par le discours d'un groupe comme La Meute. « Non, non, jamais je vais m’associer à ces gens-là. J’ai aucune affinité avec ces gens-là », insiste-t-il.

Après 35 ans dans les Forces armées canadiennes à respecter le discours et les ordres militaires, il préfère suivre aujourd'hui ses propres convictions.

Plus d'articles

Commentaires