BILLET - Le jour J approche à grands pas. C'est le 29 juin que les noms des membres de la délégation canadienne de vélo de montagne pour les Jeux olympiques de Rio seront dévoilés. Il ne reste donc plus qu'une semaine d'attente. Même si je suis très confiant, je dois avouer que je suis fébrile. J'en rêve depuis si longtemps!

Un texte de Raphaël Gagné

En attendant, la saison bat son plein. Depuis la dernière fois que je vous ai donné des nouvelles, deux autres Coupes du monde se sont ajoutées au compteur, les premières disputées en sol européen cette année.

Par contre, ça ne s'est pas déroulé exactement comme je le voulais. Avec du recul, je crois que c'était simplement un peu de fatigue. Comme le début de saison était très important, j'avais très bien préparé mes mois de mars et avril pour la Coupe du monde en Australie et les US Cup. J'ai manqué un peu de jus en mai.

Ce n'est pas la catastrophe non plus. Sur le plan technique, tout s'est bien passé, mentalement et stratégiquement aussi. C'est seulement physiquement que j'en ai un peu arraché. Et en fait, c'est pratiquement normal puisque mon cycle d'entraînement est prévu pour que je sois au sommet de ma forme seulement au mois d'août!

Au-delà du podium : Le blogue des athlètes

La gestion des risques, façon Gagné

La présente saison comporte son lot de nouveautés. Nous avons eu droit à deux nouveaux parcours en Coupe du monde, le premier à Cairns, en Australie, puis à La Bresse, en France.

Celui de La Bresse était tout un défi tant pour la forme physique que pour la technique. Il y a des coureurs qui ont eu la « chienne » sur le parcours. En plus, il y a eu un orage la veille de la compétition, ce qui augmentait encore plus le niveau de difficulté. C'était glissant et il y avait des champs de roches. Les chutes ne pardonnaient pas!

Il fallait que je fasse attention de ne pas me blesser, mais j'ai adoré le parcours techniquement. Je n'ai pas eu de malchance et je suis resté sur mon vélo. Ça fait partie de la gestion des risques. Il faut savoir quand se pousser à la limite, mais aussi quand être prudent.

Je ne voudrais pas qu'il m'arrive quelque chose avant les Jeux olympiques, sauf qu'en même temps, je veux continuer d'être naturel. Le calendrier de Coupe du monde est important aussi. Je ne veux donc pas éliminer tous les risques. Ça prend tout simplement un bon dosage. Je veux rester Raphaël Gagné, un des meilleurs pilotes au monde.

C'était intéressant de découvrir de nouveaux parcours cette saison. J'avais fait mes devoirs et je me sentais prêt à les attaquer.

Je devrai faire le même travail de préparation avant Rio. Je n'y suis jamais allé, mais trois de mes coéquipiers de l'équipe nationale ont eu la chance de rouler sur le parcours l'automne dernier. Ils ont rapporté des images et des données. Ces photos me serviront de base pour ma préparation. Je ne suis pas trop inquiet!

D'ici Rio, le calendrier ne nous laisse pas de répit. Au programme : les Championnats du monde en juillet et la Coupe du monde au mont Sainte-Anne au début du mois d'août! Ensuite, si tout va bien, je prends place dans un avion en route vers le Brésil pour enfin participer à mes premiers Jeux olympiques!

(Avec la collaboration de Sportcom)

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine