L'avocat de Québec Me Jean-Roch Parent devra subir un procès pour entrave, intimidation, menaces et voies de fait.

Un texte de Yannick Bergeron

Me Parent, 40 ans, aurait commis ces gestes alors que deux policiers de la Sûreté du Québec (SQ) procédaient à son arrestation en mai dernier pour une infraction au Code de la sécurité routière.

Au terme de l'enquête préliminaire qui s'est déroulée aujourd'hui sous ordonnance de non-publication, la juge Magalie Lepage a estimé que la preuve était suffisante pour tenir un procès.

Elle a par contre retiré le nom de l'un des policiers dans trois des chefs d'accusation, pour qui la preuve se montrait moins convaincante.

Jean-Roch Parent a écouté les témoignages des policiers en hochant parfois la tête et en affichant fréquemment un sourire en coin.

Sa cause reviendra devant le tribunal le mois prochain, pour déterminer une date de procès.

C'est une procureure de la couronne de Roberval qui pilote le dossier, par souci de transparence.

Coupable de harcèlement

Jean-Roch Parent avait obtenu une absolution conditionnelle en 2015 après avoir plaidé coupable à des accusations de harcèlement et de non-respect d'engagement.

Les événements étaient survenus dans le contexte d'une séparation houleuse, ce qui lui a coûté son poste de procureur au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine