Retour

L'école Vision s'implante dans des établissements privés subventionnés

Le réseau des écoles Vision, spécialisées en immersion anglaise et espagnole, se tourne vers les établissements privés subventionnés pour étendre ses activités. Après une entente signée avec l'École des Ursulines, un nouveau partenariat avec l'Externat Saint-Jean-Eudes, de Charlesbourg, vient d'être conclu pour profiter des installations de cette école.

Un texte d' Olivier Lemieux

L'école Vision opèrera à même les locaux déjà existants à l'Externat Saint-Jean-Eudes. Une entente similaire a aussi été conclue avec le Séminaire de Chicoutimi, à Saguenay.

Ces accords entre le réseau Vision, qui n'a droit à aucun financement du ministère de l'Éducation, et des écoles privées subventionnées seraient uniques au Québec. Dans le cas de l'École des Ursulines, la direction a plutôt choisi d'acheter le programme Vision et d'offrir elle-même l'enseignement.

S'établir dans des établissements du réseau scolaire privée est une façon pour l'école Vision de poursuivre son expansion tout en limitant ses investissements en infrastructure. Le réseau regroupe une vingtaine d'écoles privées non subventionnées au Québec.

« C'est vraiment un axe de développement qui est intéressant, à la fois pour les établissements existants et pour nous », explique le président du réseau des écoles Vision, Richard Dumais.

Selon la directrice de l'école Vision de Lac-Beauport, qui accueille seulement des élèves de maternelle, le partenariat avec l'Externat Saint-Jean-Eudes répond à un besoin pour les élèves au nord de Québec.

« Il fallait offrir la continuité pour nos parents. Les écoles Vision qui existent déjà, c'était à Saint-Augustin-de-Desmaures ou sur la Rive-Sud. Donc, c'est un peu trop loin pour nos parents », explique Kim Marchessault.

À terme, la nouvelle école Vision de Charlesbourg aura une capacité de 175 élèves de la maternelle à la 6e année.

En attente des permis

L'école Vision est toujours en attente de permis du ministère de l'Éducation pour ouvrir ses nouveaux établissements de Saguenay et Québec, en septembre. Pour Richard Dumais, il ne s'agit que d'une formalité, car il assure que son réseau respecte la loi.

Les parents des élèves du réseau Vision vont continuer de payer un tarif non subventionné, environ 7500 $ par année. Le personnel de l'Externat Saint-Jean-Eudes et du Séminaire de Chicoutimi n'aura aucun lien avec le programme Vision.

« Il n'y a pas de communication ou de vase communiquant. À toute fin pratique, c'est une école dans une école », illustre-t-il.

Il a été impossible d'obtenir une entrevue auprès du ministère de l'Éducation.

Plus d'articles

Commentaires