Tout est en place pour deux courses enlevantes alors que les meilleurs fondeurs au monde sont à Québec pour les 3e et 4e étapes du Tour de Ski du Canada. Cette épreuve en huit étapes marque la fin de la saison de Coupe du monde de ski de fond.

Aujourd'hui, les fondeurs s'élanceront à 15 h 30 pour le sprint en style libre, une course de 1,7 km. Samedi, ce sera la poursuite. Une course plus longue, 16 km, où le meneur au classement général part premier et ceux qui le suivent tentent de le rattraper. Le départ des femmes aura lieu à 15 h et celui des hommes est prévu pour 16 h.

« C'est très important sur plusieurs volets. C'est la fin d'une longue saison. C'est aussi la première fois au monde qu'on a ce circuit du Tour au Canada », commente Pierre Lafontaine, directeur général de Ski de fond Canada.

Québec n'a pas accueilli d'événements de Coupe du monde en ski de fond depuis 2012.

Selon Pierre Lafontaine, tout le monde garde un excellent souvenir de l'événement. « C'était spectaculaire, autant la course elle-même que l'emplacement. On peut dire que les fondeurs à travers le monde, et les entraîneurs, disent : "Ça va être fantastique à Québec, on a hâte d'y aller." »

La deuxième étape, disputée mercredi à Montréal, a permis à Alex Harvey de se hisser de la 10e à la 6e place au classement général du Tour. À Québec, l'athlète originaire de Saint-Ferréol-les-Neiges a l'intention de profiter de l'énergie des spectateurs qui seront là pour l'encourager.

« Je veux vivre cette expérience-là aussi. En contrôlant les choses de base, les choses importantes, mais après ça, donner des high fives à la foule si l'occasion se présente. Des petites choses comme ça et pas juste rester dans ma bulle », a déclaré Alex Harvey en point de presse jeudi.

De la neige en quantité

La région de Québec a reçu plus de 40 cm de neige depuis le début de la semaine. Ce sera tout un contraste pour les fondeurs qui ont skié sur de la neige artificielle pratiquement toute la saison.

« Même en Scandinavie, ça fait deux ans qu'on a du mal à trouver du froid », relate Vincent Meilleur, technicien en fartage pour l'équipe de France.

Les techniciens de toutes les équipes devront d'ailleurs s'adapter pour que les athlètes puissent offrir la meilleure performance. « Dans toute la logistique, ce n'est pas du tout les mêmes skis, ce n'est pas du tout les mêmes semelles, pas les mêmes structures, les mêmes farts, etc. »

Aménagement du site

L'imposante quantité de neige a compliqué légèrement l'aménagement du site. Gestev a eu recours à trois dameuses, comme celles utilisées dans les centres de ski, pour aménager le parcours.

« On a eu beaucoup de neige dans les derniers jours, tout le monde en est témoin, ça amène un peu de ralenti au niveau des installations », confie Patrice Drouin, président et directeur général de Gestev.

L'affichage, entre autres, devra être installé à la dernière minute à cause du vent, mais tout sera prêt pour la première épreuve vendredi.

Avec le parcours sur les plaines d'Abraham et la colline parlementaire, Gestev a voulu mettre le panorama de Québec en valeur. « On a fait ça en fonction de montrer dans nos images la ville de Québec à son meilleur, avec le Parlement, les fortifications et le Château Frontenac. »

Plus d'articles

Commentaires