Retour

L'entente sur l'agglomération dans un cul-de-sac à Saint-Augustin

À moins d'un revirement, l'entente sur le partage de la quote-part entre Saint-Augustin-de-Desmaures et la Ville de Québec sera enterrée dans deux semaines.

La Ville se retrouve dans une impasse après le dépôt, mardi soir, du rapport de l'expert mandaté par les conseillers municipaux pour analyser l'entente négociée par le maire Sylvain Juneau.

Les conseillers se rangent derrière l'expert François Des Rosiers de l'Université Laval, qui recommande de ne pas signer l'entente sur la table. Ils demandent au maire de Saint-Augustin de renégocier l'entente avec la Ville de Québec.

Une option que le maire Régis Labeaume s'est empressé de rejeter mercredi. « À moins que d'ici deux semaines ça change, c'est terminé », a-t-il tranché.

« Sérieux torchon »

Le maire de Saint-Augustin qualifie le rapport Des Rosiers de « sérieux torchon » qui « ne tient pas la route ». « On voit que le travail n'a pas été fait complètement », soutient-il.

L'expert calcule que le déficit engendré par le projet d'entente s'élèvera à 11,5 millions de dollars dans 25 ans. Mais le maire Juneau se demande pourquoi François Des Rosiers a choisi d'ignorer  des volets de l'entente dans ses calculs, particulièrement ceux qui permettraient à Saint-Augustin d'économiser.

Par exemple, le rapport ne prend pas en considération le fait que Saint-Augustin n'aurait plus à absorber une part des déficits de l'agglomération de Québec, soulève Sylvain Juneau.

« Pour la différence de 11 millions au total, on dit qu'au bout de 25 ans, l'entente actuelle est meilleure que celle sur la table, mais on ne considère pas tous les chiffres. Il semble ignorer ce fait. Ce n'est pas mineur. »

Le maire Juneau convoquera une séance extraordinaire du conseil municipal pour proposer l'adoption de l'entente, même s'il connaît déjà la position des conseillers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine