Retour

L'envoi d'un message haineux à la mosquée de Québec est « répugnant », dit Couillard

La police de Québec enquête sur un colis anonyme, contenant un coran détérioré et un message haineux, qui est parvenu à la grande mosquée de Québec vendredi, soit deux jours avant la tenue du référendum sur l'établissement d'un cimetière musulman à Saint-Apollinaire. Un geste que le premier ministre Philippe Couillard a qualifié de « répugnant ».

Le premier ministre Couillard a profité d'un point de presse tenu en marge de la rencontre du Conseil de la fédération, à Edmonton, pour dénoncer un « geste répugnant » qui « doit être condamné avec force ».

« Personne ne mérite d'être traité de cette façon. C'est un acte de lâcheté (...) Quelqu'un d'anonyme est allé déposer un document injurieux à la porte de la mosquée de Québec. C'est un lâche, cette personne », a-t-il poursuivi.

« La bonne nouvelle, c'est que ça ne reflète pas l'attitude des Québécois dans leur grande majorité », a estimé M. Couillard.

Le député libéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, est tout aussi scandalisé que le premier ministre. « Que quelqu’un puisse envoyer un tel message et un tel colis, à peine six mois après que six innocents ont été tués et précisément au Centre islamique à Québec, ça dépasse l’entendement, je trouve ça odieux », a-t-il dit.

Il a ajouté que les statistiques démontraient que les gestes haineux avaient baissé dans l’ensemble du pays vis-à-vis de toutes les religions, mais qu'ils avaient augmenté considérablement vis-à-vis de la religion musulmane. « Il y a là un problème et il faut s’affairer à élever les consciences », a-t-il dit.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a pour sa part affirmé que ce message haineux ne correspondait pas aux valeurs du pays. « C’est une attaque en dehors de nos valeurs, de notre vivre-ensemble qu’on a ici au Québec. On a toujours compris que la diversité peut et doit être une force pour nous. La population au Québec, comme au Canada, est ouverte et respectueuse. »

Il a également fait part de sa déception concernant l'issue du référendum sur l’établissement d’un cimetière musulman à Saint-Apollinaire. Le gouvernement fédéral interviendra s'il s'avère qu'il a un rôle à jouer dans ce dossier, a assuré Justin Trudeau.

Lien avec la demande de création d'un cimetière

Le Centre culturel islamique de Québec n'a révélé que mardi soir ce nouveau chapitre des tensions entourant l'établissement d'un cimetière musulman dans la région.

Livré vendredi par Postes Canada, le colis contenait un coran, sur la couverture duquel le nom d’Allah en arabe avait été rayé d'un X. Le livre était accompagné d'une photo en couleur d’une porcherie où l'on voit des porcs patauger dans la boue, et d’une note insultante pour la communauté musulmane, faisant un lien entre cette photo et la demande de création d'un cimetière musulman.

« À la réception du colis, on a alerté le service de police, a raconté M. Labidi. Une unité des crimes graves s’est déplacée à la mosquée pour récolter le colis et faire le constat d’infraction. Il y a un processus qui est en cours avec les policiers. »

Un porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a noté que l'enquête de l'unité des crimes majeurs n'avait pas assez avancé pour dire avec certitude si des accusations criminelles pourraient être déposées.

« Les enquêteurs sont en communication continue avec les responsables du Centre culturel islamique pour deux choses, a précisé l'agent David Poitras. Premièrement, identifier la ou les personnes qui auraient pu acheminer le colis au Centre culturel islamique. Et deuxièmement, vérifier s'il y a une incidence criminelle ou non. »

M. Labadi a indiqué que les membres de la mosquée avaient été informés de l'affaire mardi soir, à l'occasion d'une réunion communautaire. « Les gens étaient très inquiets à la réception de cette nouvelle », a-t-il ajouté.

Il refuse de croire que la haine exprimée dans cet envoi est répandue dans la population.

La mosquée ciblée par des menaces

Ce n'est pas la première fois que cette mosquée fait l'objet de menaces. Une tête de porc avait été déposée devant la mosquée de Québec en 2016.

C'est aussi là que, le 29 janvier dernier, Alexandre Bissonnette a fait irruption et ouvert le feu sur les fidèles, faisant six morts et huit blessés.

Depuis, des lettres haineuses auraient été expédiées au Centre culturel islamique à quelques reprises.

L'imam québécois bien connu Hassan Guillet juge que le message expédié à la mosquée vendredi est d'autant plus « méprisable » qu'il a été envoyé à une mosquée devenue un symbole depuis la fusillade de janvier.

« Ça nous prouve encore une fois que la campagne du non au référendum [de Saint-Apollinaire], c'était une campagne xénophobe, islamophobe, une campagne de peur et de haine », a déploré l'imam Guillet, qui croit néanmoins lui aussi que seule une minorité en a contre les musulmans.

« Il est temps que la majorité silencieuse arrête d'être silencieuse et commence à être de plus en plus articulée », a-t-il conclu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine