Retour

L’étendue du devis d’étude sur le 3e lien remis en question

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, estime que le devis de l'étude d'opportunité sur le projet de troisième lien ratisse trop large. Il accuse le gouvernement de berner la population.

Le maire déplore que plusieurs scénarios sont envisagés dans l’étude comme l'ajout d'un troisième traversier ou une modification des voies sur le pont Pierre-Laporte.

Un projet de pont ou de tunnel entre les deux rives pourrait alors être complètement écarté, dit le maire.

Gilles Lehouillier considère que le gouvernement Couillard est en train de berner la population.

« Dans le discours politique, la population a vraiment l’impression qu’on travaille sur soit un tunnel [ou un pont]. Nous, ce qu’on constate, c’est que le devis technique actuel ne correspond plus au discours politique », affirme Gilles Lehouillier.

Le maire demande au gouvernement d'apporter des correctifs au devis de l’étude d’opportunité avant qu'une firme commence à travailler sur le projet.

« Un lien routier », répète Véronyque Tremblay

La ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, ne comprend pas l'insatisfaction du maire de Lévis.

Elle souligne que les maires de Québec et de Lévis ont été informés des démarches et que l'objectif reste le même.

« Nous, on pense à un troisième lien qui est routier sur lequel il pourrait y avoir du transport collectif aussi. Évidemment, ils vont regarder un ensemble de solutions à court, moyen, long terme et ça va être la meilleure solution coûts-bénéfices qui va être retenue », dit-elle.

L’étude préliminaire sur un troisième lien reliant les villes de Québec et de Lévis doit être réalisée pour 2020.

Plus d'articles