Retour

L'ex-chef de police de Wendake subit son procès pour fraude

Le procès de l'ex-chef de police de Wendake accusé de fraude s'est ouvert lundi matin au palais de justice de Québec. Éric Gros-Louis aurait utilisé l'argent d'un fond destiné à payer les informateurs de police à d'autres fins. Il a été congédié à la suite de ces allégations.

Un texte de Yannick Bergeron

Trois reçus déposés en preuve démontrent qu'un montant de 7000 $ aurait été versé à une source policière en moins d'un mois. Selon la poursuite, les paiements ont été faits alors que l'accusé était seul avec le témoin.

Pourtant, les reçus portent les initiales d'Éric Gros-Louis et d'un autre policier de Wendake. Ce dernier, Marc Duchesneau, a affirmé en cour avoir été « insulté » de voir son nom apparaître dans le dossier. Les reçus sont datés des mois d'avril et mai 2012.

À ce moment, l'agent Duchesneau était affecté par la police de Wendake à une escouade de la Sûreté du Québec visant à contrer la contrebande de tabac.

« Je n'en revenais pas, j'étais sans mot », a indiqué l'agent Duchesneau qui a depuis fait un retour au service de police de Wendake à titre de patrouilleur.

Une directive interne de la police de Wendake oblige un agent à se trouver en présence d'un collègue au moment d'une rencontre avec un informateur. C'est l'accusé lui-même qui a institué cette directive à titre de directeur du service de police en 2010.

Le policier Duchesneau a aussi qualifié les montants versés de 3000 $ lors d'une rencontre et 2000 $ pour chacune des deux autres d'exagérés. « J'en ai fait des paiements à des sources, mais jamais de ce montant-là », a révélé le policier. Le procès doit durer sept jours.

Plus d'articles