Alors qu'il demande une révision judiciaire de son dossier, l'ex-juge Jacques Delisle, qui purge une peine de prison à vie pour le meurtre de sa femme, devra se montrer patient. Radio-Canada a appris que ses avocats ont fait appel à un nouvel expert.

Un texte de Yannick Bergeron

Après avoir pris connaissance du rapport provisoire du Groupe de la révision des condamnations criminelles, chargé d'étudier les cas d'erreurs judiciaires, le clan Delisle a décidé de mandater un pathologiste indépendant pour bonifier leur preuve.

« On estime qu'il y a un point qu'il faut éclaircir davantage », a indiqué Me Jacques Larochelle, qui a défendu Jacques Delisle lors de son procès.

L'ex-juge a toujours prétendu que sa conjointe s'est enlevé la vie.

L'avocat ontarien qui pilote sa demande de révision judiciaire, Me James Lockyear, a confirmé que le dossier n'allait pas progresser avant la fin du mois d'août.

Les partis sont très discrets sur le contenu du rapport préliminaire puisque ceux qui en ont pris connaissance ont dû signer un engagement de confidentialité.

L'embauche du nouvel expert laisse par contre croire que les avocats ne sont pas entièrement satisfaits des conclusions du document.

La Loi prévoit qu'après avoir obtenu le rapport préliminaire, les partis peuvent faire part des leurs observations au Groupe de la révision avant que son rapport final ne soit soumis à la ministre de la Justice.

Le pouvoir d'annuler une condamnation ou de rouvrir le dossier revient au ministre de la Justice.

« Le temps presse »

Me Jacques Larochelle convient que « le temps presse » pour le principal intéressé qui a eu 83 ans le 4 mai.

Un jury a déclaré Jacques Delisle coupable du meurtre prémédité de sa conjointe, Nicole Rainville, le 14 juin 2012.

Les jurés ont adhéré à la preuve de la poursuite qui a démontré que la victime a été abattue d'une balle à la tête tirée par l'ex-juge.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine