Retour

L'ex-juge Delisle espère être libéré prochainement

L'avocat de l'ex-juge Jacques Delisle compte demander sa libération au cours des prochaines semaines, en attendant que la révision de son dossier par la ministre de la Justice soit complétée.

Un texte de Yannick Bergeron

Me Jacques Larochelle s'appuie sur une lettre de la ministre Jody Wilson-Raybould, qui confirme continuer l'enquête concernant l'allégation d'erreur judiciaire.

Depuis juin 2014, Jacques Delisle purge une peine de prison à vie après avoir été trouvé coupable du meurtre de sa conjointe, Nicole Rainville.

Il a depuis donné une entrevue à Radio-Canada dans laquelle il jure avoir laissé le pistolet à la disposition de sa conjointe avant de quitter leur résidence.

Selon la thèse de la défense, la femme se serait suicidée, mais Jacques Delisle n'avait pas témoigné lors du procès pour donner sa version.

Puisque la ministre a indiqué que l'enquête allait se poursuivre à la suite du dépôt de nouvelles expertises balistiques, Me Larochelle espère obtenir une remise en liberté pour son client de 81 ans.

« Il ne va pas s'esquiver ou commettre de crime s'il est remis en liberté », explique le criminaliste, qui veut présenter sa requête au retour de la fête du Travail.

Les avocats de Jacques Delisle estiment que de nouvelles expertises balistiques démontreraient l'innocence de l'ancien juge de la Cour d'appel du Québec.

La demande de révision judiciaire est le dernier recours de l'octogénaire.

Après l'examen du dossier, la ministre canadienne de la Justice peut ordonner un nouveau procès ou renvoyer le dossier devant la Cour d'appel si elle croit qu'il y a eu erreur judiciaire. Si ce n'est pas le cas, le dossier est tout simplement fermé.

La décision du ministre est sans appel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine