Retour

L'hôpital de Montmagny en attente d'un appareil d'IRM promis depuis 5 ans

La Fondation de l'Hôtel-Dieu de Montmagny lance un cri du cœur pour obtenir un appareil d'imagerie par résonance magnétique (IRM) attendu depuis cinq ans. Le gouvernement libéral s'est engagé en 2011 auprès du centre hospitalier à implanter un tel service, mais la première pelletée de terre se fait toujours attendre.

Le ministre de la Santé de l’époque, Yves Bolduc, avait demandé à la Fondation de l’Hôtel-Dieu de Montmagny d’amasser un million de dollars pour l’achat d’un appareil d’IRM, une somme conditionnelle à l’aide de Québec. En trois mois, la fondation a obtenu un engagement financier de 1 075 000 $ de la part de 60 investisseurs.

Le premier ministre Philippe Couillard a répété la promesse libérale lors des élections en 2014 et l’actuel ministre de la Santé Gaétan Barrette a aussi tenu le même discours. Or, le gouvernement n'a toujours pas annoncé la participation promise.

« On commence à s’inquiéter. On a eu des promesses, mais des promesses ce ne n’est pas une garantie », rappelle Ghislain Lepage, le président de la Fondation de l’Hôtel-Dieu de Montmagny et médecin retraité de l’hôpital.

On veut plus, on veut des réponses plus précises et particulièrement un échéancier.

Ghislain Lepage, président de la Fondation de l’Hôtel-Dieu de Montmagny.

Perdre des donateurs

Les membres de la fondation craignent pour leur part un désistement des donateurs devant cette impasse. « Ils peuvent nous dire ça ne fonctionne pas, donc je résilie mon engagement », s’inquiète Yvon Mercier, vice-président de la fondation. Ils nous demandaient d’être patients, on est patient, mais on est inquiet aussi. »

Questionné sur le dossier, le ministre de la Santé Gaétan Barrette répète de faire preuve de patience. « Les analyses sont en train d'être faites et s'il y a des annonces, elles seront faites en temps et lieu », a dit le ministre.

Conduire des dizaines de kilomètres pour un examen d’IRM

Pendant ce temps, les patients de la région doivent se rendre à Lévis, Thetford Mines ou Saint-Georges en Beauce pour passer un examen d’IRM. L’hôpital de Montmagny est le seul centre hospitalier du CISSS à ne pas posséder un appareil de la sorte.

Plus nous aurons ce genre d’appareils là, mieux nos clients seront servis.

Yvon Mercier, vice-président de la Fondation de l'Hôtel-Dieu de Montmagny

« Lorsque nous avons débuté notre projet, le temps d’attente était de 12 mois si ce n’est pas plus, indique Yvon Mercier. Il y a des patients qui viennent de loin comme Saint-Pamphile, ce n’est pas près d'ici. C’est du retard, c’est beaucoup de déplacements, des dépenses aussi. »

Le temps d'attente moyen pour obtenir un examen IRM varie d'un mois et demi à 5 mois dépendamment de l'établissement. Les délais d'attente les plus longs sont de 9 mois pour les hôpitaux de Saint-Georges et de Lévis et de 4 mois pour celui de Thetford Mines.

Le projet, qui était évalué à 4,2 millions de dollars en 2011, pourrait prendre jusqu’à 18 mois à réaliser une fois les investissements confirmés.

L’IRM bénéfique pour l’économie

Jean-Guy Desrosiers, maire de Montmagny et ancien président de l’Agence de la santé et des services sociaux, plaide pour qu’un tel département voie le jour rapidement afin d’attirer des spécialistes dans la région.

« Si on n’a pas des outils, on n’a pas de spécialistes. Si on n’a pas les spécialistes, on est un centre de service. Je n’accepterais pas que mon hôpital soit un centre de service parce qu'on a une très bonne cote au Québec pour notre qualité de services », affirme M. Desrosiers.

Pour le médecin à la retraite Ghislain Lepage, ce nouvel équipement pourrait également attirer des entreprises dans la région. « La résonance magnétique c’est un examen qui est demandé fréquemment et les employeurs souhaitent que les employés retournent rapidement au travail. Et plus vite ils ont leur examen, plus vite ils retournent au travail », dit-il.

L’appareil d’IRM, contrairement à la radiologie conventionnelle, n’émet pas de radiation tout en offrant une plus grande résolution, notamment pour des examens du cerveau. L’imagerie par résonance magnétique est entre autres utilisée pour éviter les ruptures d’anévrisme.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?