Retour

L’humoriste Mike Ward pourra porter sa cause en appel

L'appel déposé par l'humoriste Mike Ward dans l'affaire Jérémy Gabriel sera entendu par les tribunaux, a tranché une juge mercredi matin au palais de justice de Montréal.

Dans sa décision rendue rapidement, la juge s'est rangée derrière la position défendue par Julius Grey, l'avocat de Mike Ward, qui estime que la question de la place de la liberté artistique dans le droit à la liberté d'expression mérite d'être débattue.

« Les tribunaux ont toujours donné une interprétation large de la liberté politique, qui est au coeur de la liberté d'expression, a expliqué mercredi Julius Grey. Cela dit, ils ont également dit que l'expression artistique est au coeur de la liberté d'expression, mais il n'existe pas de causes où on montre que ça a la même importance. »

Les juges de la Cour d'appel du Québec devront déterminer s'ils maintiennent la décision du Tribunal des droits de la personne, qui a condamné Mike Ward en juillet dernier à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel et 7000 $ à sa mère. Au cours du procès, la Commission avait plaidé que les propos de Mike Ward avaient gravement porté atteinte à la dignité de Jérémy Gabriel.

Dans le document déposé en Cour d'appel du Québec au mois d'août, Mike Ward estimait que le juge de première instance avait commis des erreurs. On y mentionnait notamment le danger d'autocensure de la part de ceux qui participent au débat public.

Le litige remonte à un numéro que présentait l'artiste en 2010 et dans lequel il était question du handicap du « petit Jérémy », qui souffre du syndrome de Treacher Collins. C'est une amie de la famille Gabriel qui avait porté plainte devant la Commission des droits de la personne.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque