Retour

L'humour de Guy Nantel ne fait pas rire Alice Paquet

Alice Paquet, la jeune femme qui allègue avoir été agressée sexuellement par le député Gerry Sklavounos, dénonce les propos tenus à son endroit par Guy Nantel dans son nouveau numéro. L'humoriste affirme de son côté que la notion de consentement sexuel est un thème incontournable.

Le spectacle de Guy Nantel, qui s’intitule Droits et libertés, a été présenté pour la première fois mardi soir à la salle Albert-Rousseau, à Québec.

Alice Paquet affirme que l’humoriste profite de sa liberté d’expression pour faire un sketch sur les victimes d’agression sexuelle, « comme on ferait un sketch sur la pluie et le beau temps ».

« Dans son spectacle, Nantel réfère à moi comme "la fille qui aurait couché avec le ministre libéral, le Grec". D’entrée de jeu : je n’ai pas couché avec Gerry Sklavounos. Il m’a agressée sexuellement », écrit la jeune femme sur le réseau social.

Rappelons que la jeune femme avait affirmé en avril 2016 avoir été agressée sexuellement par le député Gerry Sklavounos, qui siégeait alors au sein du caucus libéral.

Elle avait ensuite porté plainte à la police, mais le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait décidé en février 2017 de ne pas porter d’accusation à la suite de ses allégations.

« Si Nantel ose faire des blagues sur ma situation, sur la nuit terrorisante que j’ai vécue en juillet 2015, et sur l’horreur que j’ai vécue après la dénonciation, il pourrait au moins nommer clairement ce qui a eu lieu ce soir-là, et avoir la décence de me nommer correctement : Alice Paquet », poursuit-elle.

La jeune femme écrit aussi que Guy Nantel banalise la violence subie par « les travailleuses du sexe sous prétexte que ça "ferait partie de la job", se faire violer ».

Alice Paquet évoque que des centaines de femmes ont récemment utilisé les mots-clics #MoiAussi et #MeToo pour dénoncer les violences sexuelles qu’elles ont subies. Elle critique le choix de Guy Nantel de faire des blagues au sujet de ces victimes qui ont décidé de dévoiler ce qu’elles ont vécu.

Guy Nantel se défend

L’humoriste Guy Nantel a par la suite réagi sur sa page Facebook officielle. Il indique que les extraits sont rapportés de « manière désordonnée » par Alice Paquet.

« Il est clair que Mme Paquet n'a jamais vu le spectacle et qu'elle s'est fait rapporter quelques phrases qui ne tiennent compte d'aucun ordre structurel du texte », rédige-t-il.

L'humoriste soutient avoir dénoncé à plusieurs reprises les agresseurs sexuels durant son spectacle.

« C’est un show sur la liberté. Alors la liberté de consentement sexuel, ça fait partie de ça. Et son cas à elle est évidemment un cas très important. Mais je ne parle pas que ça. Ce que Mme Paquet ne dit pas, c’est que je parle aussi de Gilbert Rozon et [d']Éric Salvail, où je les plante carrément », a-t-il expliqué en entrevue avec Radio-Canada.

L'humoriste ajoute que son spectacle n’est pas une conférence et que « le Guy Nantel de la vraie vie n’existe plus » durant ses prestations.

Guy Nantel revendique son droit en tant qu’artiste de choisir les thèmes qu’il aborde dans ses spectacles.

Alice Paquet a le droit d’intenter des procédures contre lui, indique-t-il, mais il ne reculera pas. « Mon producteur et moi-même sommes prêts à nous défendre, car en aucun cas, ce spectacle ne diffame qui que ce soit », conclut-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine