Retour

L'immigration permet à la Capitale-Nationale d'accroître sa population

La démographie de la Capitale-Nationale s'accroît plus rapidement que dans l'ensemble de la province. Malgré une population vieillissante et une fécondité en-deçà de la moyenne, la région de Québec s'en tire bien notamment grâce à l'immigration internationale, indique le plus récent bilan démographique de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Entre 2011 et 2015, le taux d’accroissement annuel moyen de la population a été de 9,2 personnes par 1000 habitants dans la région de Québec, comparativement à 7,9 pour l’ensemble du Québec. La population atteint désormais 737 455 habitants dans la région.

La Capitale-Nationale doit pourtant composer avec d’importants défis. Son taux de fécondité (1,53 enfant par femme) est inférieur à celui de l’ensemble de la province (1,60).

La population y vieillit aussi plus vite que dans l’ensemble du Québec : la proportion de 65 ans et plus qui habitent dans la Capitale-Nationale (19,4 %) a dépassé la proportion des moins de 20 ans (18,6 %).

L’immigration internationale permet toutefois d’enregistrer un bilan démographique positif. La région de la Capitale-Nationale est la quatrième qui accueille le plus de nouveaux arrivants dans tout le Québec.

Plus de 11 000 immigrants admis entre 2010 et 2014 résidaient toujours dans la région en janvier 2016. Cela représente 5,6 % des 203 000 immigrants qui sont arrivés au Québec au cours de cette période et qui habitent toujours dans la province.

Le solde migratoire interrégional est également positif pour la région de la Capitale-Nationale. La différence entre les citoyens qui sont arrivés dans la région et ceux qui l’ont quittée, en 2014-2015, s’établit à plus de 1350 personnes.

Cet échange migratoire positif est notamment attribuable aux étudiants qui viennent s’établir à Québec. Il s’agit malgré tout du moins bon solde migratoire depuis 2005-2006 pour la Capitale-Nationale.

Lente croissance dans Chaudière-Appalaches

Le plus récent bilan démographique de l’ISQ fait désormais état de presque 422 000 habitants en Chaudière-Appalaches. Le taux d’accroissement annuel moyen de la population – 4,4 personnes par 1000 habitants – continue cependant d’être inférieur à celui de l’ensemble de la province.

L’ISQ prédit que la population de la rive sud atteindra 451 000 personnes en 2036, une augmentation jugée « modeste » par rapport à celle projetée pour l’ensemble du Québec.

Même si sa pyramide des âges comprend 21 % de moins de 20 ans, elle compte une proportion de personnes âgées (19,2 % de 65 ans et plus) plus grande que la moyenne provinciale, au même titre que la Capitale-Nationale.

Mais contrairement à la région de la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches peut compter sur un taux de fécondité supérieur à la moyenne provinciale, à 1,85 enfant par femme.

Chaudière-Appalaches enregistre par ailleurs un solde migratoire interrégional positif avec 832 habitants, soit son meilleur résultat en une décennie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine