Retour

L'intégration à l'emploi des immigrants menacée?

Des organismes qui travaillent à l'intégration des immigrants dans le marché de l'emploi de la région de la Capitale-Nationale sonnent l'alarme. Les récentes compressions du gouvernement Couillard les empêche de s'acquitter de leur mandat.

« Il y a urgence! », tonne la députée de Taschereau, Agnès Maltais. Selon elle, il est inacceptable de voir le gouvernement Couillard réduire les ressources d'aide à l'emploi des immigrants à l'heure où la province accueille des réfugiés de la Syrie.

« L'argent transite par la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Capitale-Nationale. La Conférence n'existe plus », déplore Agnès Maltais.

Un manque à gagner de 367 000 $

La part du lion du financement, environ 255 000 $, allait au SOIT. L'Appui touchait 56 000$ pour attirer et retenir les immigrants dans Charlevoix et sur la Côté de Beaupré. Accès Travail Portneuf obtenait la même somme du ministère de l'Immigration du Québec.

Selon Catherine Raymond, directrice générale du SOIT, les compressions auront un impact important pour les entreprises d'ici.

Avec un taux de chômage qui oscille autour de 5% dans la grande région de Québec, les employeurs se tournent de plus en plus vers les nouveaux arrivants pour combler leurs postes vacants.

« On se retrouve avec une situation de plein emploi ou presque à Québec, des besoins en main d'œuvre importants et très peu de moyens pour remplir notre mandat », déplore Catherine Raymond.

Le gouvernement se défend

Selon un porte-parole du ministère de l'Immigration, les organismes s'inquiètent prématurément et il est faux de dire que leur financement sera coupé en raison de l'abolition des CRÉ.

Des négociations seraient en cours auprès des municipalités et des MRC concernées pour assurer le maintien de services d'intégration à l'emploi des immigrants.

Plus d'articles