Retour

L'International de Musique Sacrée fête ses vingt ans!

L'International des musiques sacrées de Québec (IMSQ) célèbre ses 20 ans cette année en offrant aux festivaliers 5 jours de concerts. Pour les organisateurs de l'événement, un thème s'est imposé : l'ouverture sur le monde.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Profondément marqué par les événements survenus à la Grande mosquée de Québec en janvier dernier, le comité organisateur a voulu concocter une édition sous le signe de la rencontre et de l'ouverture comme en témoigne le président du conseil d'administration, Guillaume Boulay.

Des mariages étonnants

Le jeudi deux novembre, Les Violons du Roy feront une incursion audacieuse dans la musique sépharade. Pour ce faire, ils s'allieront à l'ensemble Oktoécho et à la chanteuse d'origine marocaine, Leila Gouchi.

Le concert sera dirigé par Katia Makdissi-Warren, une musicienne de Québec vivant désormais à Montréal. Cette rencontre musicale aura lieu à la Basilique Notre-Dame de Québec.

Autre rencontre musicale, celle du joueur de sétar Kiya Tabassian et du maître de l’Oud du Liban, Charbel Rouhana. Deux musiciens dont les instruments sont moins connus chez nous.

Le sétar étant un luth iranien en bois de murier et le oud un instrument à cordes pincées le plus représentatif des musiques arabo-islamiques, l'ancêtre du luth occidental. Le concert de ces deux virtuoses aura lieu le samedi quatre novembre, à la Chapelle du Musée de l'Amérique Francophone.

Également au programme, un concert réunissant le choeur des Rhapsodes et Tango Boréal. À nouveau réunis, ils prévoient offrir aux spectateurs un concert aux sonorités exotiques, mêlant mélodies sacrées et musique sud-américaine. Un mélange enlevant révèle le chef de Choeur David Rompré.

« Le tango est une musique viscérale avec une rythmique particulière. Ce qui est inhabituel dans notre concert, c'est de retrouver ce petit côté-là qui est très sensuel dans la musique sacrée. Ça amène une dimension humaine qui nous plaît beaucoup. »

Une édition modeste, mais de qualité

L'International des musiques sacrées qui s'échelonnait autrefois sur une dizaine de jours est désormais de taille plus modeste. Il faut dire que l'événement a connu plusieurs bouleversements. En effet, 2014 a été une année difficile pour le festival.

Les subventions venaient à terme et les mélomanes fréquentaient moins les concerts. Bref, une réflexion sur l'orientation du festival s'imposait. Réflexion qui a duré un peu plus longtemps que prévu puisque l'édition 2015 n'a pas eu lieu.

De retour en 2016, l'International des musiques sacrées a poursuivi sa mission en diminuant la taille de l'événement et en oeuvrant avec un budget financé essentiellement par les communautés religieuses et quelques hommes d'affaire de la région. C'est toujours le cas en 2017.

Le budget de cette vingtième édition est de 70 000$.  « Un budget modeste, mais dont chaque sou a été bien investi afin de permettre aux mélomanes de Québec d'entendre des concerts de grande qualité », nous assure le président du conseil d'administration Guillaume Boulay.

Les concerts de l'International des musiques sacrées seront présentés du 2 au 5 novembre 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine