Retour

L’unité de psychiatrie de l’Hôpital de Thetford Mines ferme temporairement

Après la démission en bloc de trois psychiatres, l'unité de psychiatrie de l'Hôpital de Thetford Mines fermera temporairement ses portes à compter du 17 janvier.

« Nous travaillons au recrutement de nouveaux psychiatres, mais aussi à assurer le service des gens qui ont des besoins », a indiqué mardi le directeur des programmes santé mentale et dépendance, Michel Laroche, ajoutant que la durée de cette fermeture n’a pas encore été déterminée.

Les patients qui doivent être hospitalisés seront, pour la plupart, transférés à l’Hôpital de Saint-Georges de Beauce.

M. Laroche a précisé que les services seront maintenus. « Sauf que pour le volet hospitalier, ça prend une forme différente. Il y a des kilomètres de plus qui doivent être réalisés », a-t-il dit.

Le directeur des programmes santé mentale et dépendance ajoute qu’une quinzaine d’employés - des infirmières, des infirmières auxiliaires, des éducateurs spécialisés et des travailleurs sociaux - accompagnera les patients.

Ils seront redirigés vers d’autres ressources disponibles dans la région, telles que les centres d’hébergement et les CLSC. Le service à domicile est maintenu.

Depuis son ouverture en juin 2016, 618 personne se sont présentées à l’urgence et 163 ont été hospitalisées.

Neuf personnes sont présentement hospitalisées. La durée moyenne d'une hospitalisation est d'environ 10 jours.

Trois départs

Avant la période des Fêtes, trois psychiatres ont remis leur démission. Ceux-ci se plaignaient du manque d'effectifs, de la lourdeur de la tâche et d'un problème d'organisation.

La directeure de l’Association des médecins psychiatres du Québec, Martine Dériger, croit qu’une fermeture temporaire était nécessaire et que les pratiques doivent être modifiées.

Elle rappelle que l’une des trois psychiatres n’a travaillé que cinq jours. « Elle a démissionné compte tenu des conditions de pratiques qui avaient été dénoncées depuis des mois par les psychiatres qui sont en poste depuis environ 1 an », a-t-elle dit.

Michel Laroche n’a pas commenté directement ces départs, mais il a souligné que des changements avaient été apportés afin de répondre aux préoccupations des psychiatres. Il a indiqué que le Collège des médecins analysera la situation.

Les efforts de l’établissement n’ont pas suffi a souligné Martine Dériger, ajoutant que les problèmes ne peuvent se résoudre en quelques jours.

Deux psychiatres ont ouvert un cabinet à Thetford Mines. « Elles ne sont pas parties en claquant la porte. Elles ont choisi d’ouvrir un bureau a l’extérieur de l’établissement parce que dans l’établissement les conditions ne sont pas adéquates », a-t-elle soulevé.

Recrutement

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière Appalaches tente de recruter de nouveaux psychiatres au Québec, mais aussi en France, en vertu d’une entente de réciprocité. « Le ministère nous a autorisé à rentrer en contact avec ce pays », a-t-il dit.

Mme Dériger soutient que le recrutement n’est pas suffisant et qu’il faut surtout retenir les psychiatres. L'unité de psychiatrie été rénové, a-t-elle rappelé, « maintenant il faut rénover les pratiques ».

Plus d'articles