Retour

L'UPA de la Capitale-Nationale s'oppose à Énergie Est

L'Union des producteurs agricoles de la Capitale-Nationale-Côte-Nord se positionne officiellement contre la forme actuelle du projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada dans son mémoire déposé au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.

« On est contre tout projet de servitude pour passer sur des terres agricoles », résume la présidente de l'UPA pour la région, Jacynthe Gagnon. Elle parle d'un projet dans le cadre duquel « beaucoup de risques ont été identifiés. »

Le document détaille plusieurs enjeux sur lesquels l'UPA émet des inquiétudes notamment la contamination possible de terres agricoles, de sites forestiers et de cours d'eau, l'impact sur la valeur des terres et un certain flou sur les procédures d'urgences en cas de déversement.

La présidente régionale de l'UPA explique que ses membres qui cultivent des terres certifiées biologiques sont ceux qui émettent le plus de craintes, de peur de perdre ces certifications.

Des questions sans réponse

Le président de la section Québec-Jacques-Cartier de l'UPA, qui inclut notamment Saint-Augustin-de-Desmaures, Alain Juneau, croit pour sa part que TransCanada devra rapidement rassurer les agriculteurs. Selon lui, les productions ont beaucoup de questions sans réponse. « On n'a pas de réponse. Ce n'est pas clair leur affaire », déplore-t-il.

Ce mémoire est déposé au BAPE, mais les audiences sont actuellement suspendues jusqu'à ce que Québec prenne connaissance de l'étude environnementale de la compagnie, qui sera déposée d'ici le 6 juin. L'étude d'impact sera rendue publique après une analyse du ministère.

L'UPA provinciale s'est elle aussi prononcée contre le projet Énergie Est en mettant en lumière les mêmes enjeux et des craintes similaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine