Retour

L’UPA veut contrer la détresse des agriculteurs

L'Union des producteurs agricoles (UPA) étend à toute la région de Chaudière-Appalaches son initiative de sentinelles pour prévenir le suicide chez les agriculteurs.

En partenariat avec le Centre intégré de santé et services sociaux (CIUSSS) de Chaudière-Appalaches, une centaine de personnes recevront dès le mois prochain une formation pour repérer et recommander rapidement des personnes en détresse.

L'organisation syndicale souligne que les agriculteurs sont souvent confrontés au stress lié à l'incertitude financière, l'isolement et la charge de travail.

Des travailleurs qui gravitent autour d'eux seront invités à suivre cette formation afin de veiller à leur santé psychologique, souligne James Allen, vice-président de la section de l’UPA de Chaudière-Appalaches.

« Les nutritionnistes qui viennent sur les fermes, les vétérinaires, les transporteurs d’animaux, de mois en mois ou de semaine en semaine, ils voient les producteurs qui modifient leur humeur. C’est pour ça qu’on veut absolument former des sentinelles pour pouvoir prendre ça en main. »

Courroies de transmission

Six travailleuses sociales du CISSS, préalablement formées par l'Association québécoise de prévention du suicide, offriront la formation des sentinelles. Véronique Bourgault, travailleuse sociale au CISSS, précise que les sentinelles sont des courroies de transmission et ne remplaceront pas les professionnels de la santé.

« Les sentinelles vont apprendre à détecter les personnes, à entrer en contact avec les gens, savoir poser des questions […] et la sentinelle a accès 24 h sur 24 h à un intervenant désigné et peut recommander une orientation, accompagner », dit-elle.

En 2016, trois cohortes de sentinelles agricoles ont été formées à Saint-Georges, Sainte-Marie et Saint-Lazare-de-Bellechasse. L'objectif est maintenant de couvrir toute la région de Chaudière-Appalaches, qui compte plus de 9000 fermes.

Des formations de 7 heures seront offertes gratuitement les 17 et 20 février à Sainte-Marie, le 28 février à Laurier-Station et le 14 mars à Montmagny. Une formation de sentinelle sera également offerte à l’automne à Thetford Mines, en Beauce-Etchemins et à Lévis.

À l'échelle du Québec, l'Union des producteurs agricoles à bon espoir de former 800 sentinelles d'ici l'été 2018.

Selon l'UPA, 50 % des producteurs agricoles vivent de la détresse au cours d'une année.

À lire aussi :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine