Retour

La classe politique sous le choc après la mort de Sylvie Roy

Stupeur, consternation, tristesse. La mort inattendue de la députée indépendante d'Arthabaska Sylvie Roy, qui siégeait à l'Assemblée nationale depuis plus de 13 ans, crée une onde de choc dans la classe politique québécoise. 

La politicienne de 51 ans est décédée d'une hépatite aiguë, a confirmé lundi le Centre hospitalier universitaire de Québec. On ne sait toutefois pas de quel type d'hépatite elle souffrait.

Dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a offert ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de la femme de 51 ans, qui a su représenter ses concitoyens « avec cœur et passion ». 

« Sylvie était une députée combative, engagée pour les gens de sa circonscription, près de son monde », a déclaré par communiqué le chef péquiste intérimaire, Sylvain Gaudreault. « Elle a défendu ses convictions avec vigueur et passion, d'abord à l'ADQ, puis à la CAQ, et comme députée indépendante ».

Rappelant qu'elle a été la première à réclamer une commission d'enquête sur la corruption et la collusion, le chef de l'opposition officielle a aussi noté qu'elle « plaçait la justice et le service public au centre de ses priorités. « Nous perdons une collègue respectée de toutes et de tous », a-t-il ajouté.

« Sylvie Roy a été tout le long de son passage parmi nous une battante », a déclaré pour sa part le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. « C'était une passionnée, qui était proche des gens, et qui n'avait pas peur de se battre pour ses idées. Elle représentait avec fierté la circonscription d'Arthabaska ».

« Sa persévérance a été déterminante dans le déclenchement nécessaire de la Commission d'enquête sur l'industrie de la construction », a commenté le député de Québec solidaire Amir Khadir. « Pour avoir travaillé avec elle, je peux vous dire que je garde un excellent souvenir de nos collaborations. Elle laisse une marque indélébile dans la politique québécoise. »

« Tous les parlementaires sont de tout cœur avec les membres de sa famille dans ces moments de tristesse et ils tiennent à leur offrir leurs plus sincères condoléances », a résumé le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Une battante qui défendait les gens sans voix

Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a déploré la perte d'une amie, « qui l'avait aidé à apprendre son métier ». « Elle avait un flair politique [...] on va se souvenir de Sylvie pour les dossiers de justice, de sécurité publique, ceux sur les victimes d'actes criminels... Elle s'était fait un devoir de pousser ces dossiers », a-t-il dit.

Élu avec Mme Roy en 2003 sous les couleurs de l'ADQ, le député caquiste de Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, conserve également le souvenir d'une « combattante », qui défendait ses convictions avec force et qui travaillait sans relâche pour les électeurs de sa circonscription. 

L'ex-politicien et animateur Mario Dumont a rendu hommage à son ancienne alliée en rappelant sa grande détermination. « Quand elle avait une idée ou un projet à réaliser, sa détermination était infinie. Une femme qui était énormément allumée par l'injustice. Elle défendait beaucoup les gens qui sont sans voix », a-t-il déclaré.

Le sénateur conservateur Pierre Hugues Boisvenu, abonde dans le même sens. « Elle s'est battue jusqu'au bout. La politique était le combat de sa vie, elle voulait se battre pour les gens qui n'ont pas de voix, les victimes d'actes criminels notamment. »

M. Boisvenu avait parlé à Mme Roy la semaine dernière et avait noté que sa voix était faible. Il ignorait cependant qu'elle était hospitalisée. « Elle gardait ça pour elle. C'était seulement sa famille et ses très proches amis qui savaient. »

Selon le sénateur, la vie politique a « malmené » Mme Roy. « Une partie de sa vie, sa santé était fragile, mais c'est la facture à payer quand on décide de s'impliquer en politique. »

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, se souvient aussi que Mme Roy a été proche du Mouvement Retrouvailles, et qu'elle a beaucoup lutté pour la révision de la Loi sur l'adoption. Il se rappelle avoir eu de multiples discussions avec elle à ce sujet.

« Mme Roy ne limitait pas ses interventions à ce qui a de caractère public dans la communication politique, mais aussi aux échanges avec ses collègues pour faire avancer des causes auxquelles elle croit, des causes qui touchent le monde de près », a-t-il noté.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine