Le Club Rotary de Québec a pu renouer avec sa tradition ce matin avec le retour de la cloche, chère aux membres, qui lui avait été dérobée en novembre. La cloche a été retrouvée la semaine dernière, moins de 24 heures après que les policiers aient lancé un avis dans les médias.

L'assemblée du mardi matin au Salon rose du Château Frontenac, réunissant une trentaine de membres, a été lancée avec le tintement caractéristique de la cloche de bronze, qui ponctue habituellement chacune des rencontres du Club, voué à la promotion de la paix à travers des programmes éducatifs et humanitaires.

La chef du protocole, Huguette Nadeau, se réjouit d'entendre à nouveau l'instrument qui avait été remplacé depuis novembre par une cloche d'incendie.

« Elle n'avait pas du tout le cachet que cette cloche-là pour nous et qui représente depuis 1919 nos déjeuners. »

Depuis près de 100 ans, les membres font sonner la cloche avant d'entamer leurs séances au cours desquelles ils assisent à des conférences et échangent sur les projets en cours, à l'occasion d'un déjeuner.

L'objet est particulièrement sentimental, mentionne Nicole Leblanc, présidente du Club.

« La cloche a l'histoire du club derrière elle. En 1919, quand le club a été fondé, le club de Québec l'a reçue en cadeau du club d'Hamilton. »

La présidente avait multiplié les appels et gardait espoir de retrouver l'objet caractéristique, surmonté d'une roue d'engrenage, symbole important du Club Rotary.

« C'est ça le symbole du club, il ne faut jamais rester statique », mentionne Mme Leblanc.

Le Club Rotary de Québec, qui rassemble entre autres des gens d'affaires, est associé à des causes venant en aide aux personnes handicapées, aux jeunes et aux plus démunis. À l'international, le club vise par exemple l'éradication de la poliomyélite par la vaccination des enfants.

Martine Côté a rendu visite aux membres du Club Rotary pour l'émission Première heure 

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards