Retour

La conjointe d'un violeur condamnée pour complicité

Une femme de Québec qui a permis à son conjoint de violer la gardienne de leur enfant est condamnée à 15 mois de prison.

Un texte de Yannick Bergeron

Déane Beauchamp n'a pas participé à l'agression, mais a plaidé coupable à la même accusation que son conjoint pour avoir agi par complicité.

La femme de 40 ans avait reconnu les faits il y a un an, mais avait par la suite tenté de se rétracter pour obtenir un procès.

Mardi, le juge a refusé cette requête et imposé 15 mois de détention à la femme qui avait donné le feu vert à son conjoint pour avoir des rapports sexuels avec la victime de 17 ans.

« Entremetteuse »

Beauchamp a tenté de se justifier devant le juge en indiquant que la victime l'avait beaucoup questionnée pendant la soirée sur la pratique de l'échangisme.

« Elle était curieuse », a raconté celle qui s'est décrite comme « l'entremetteuse ».

Elle a admis avoir pris la main de la gardienne pendant l'agression, afin de la rassurer.

Le conjoint, Sylvain Brousseau, a reçu 30 mois de prison au début du mois pour cette agression, après avoir lui aussi tenté de retirer sa reconnaissance de culpabilité.

Victime satisfaite

La victime est ressortie satisfaite du tribunal, heureuse de pouvoir enfin tourner la page. Elle raconte que la dernière année a été difficile en raison de l'incertitude découlant de la volte-face du couple.

« Je trouve vraiment pas ça correct de leur part, d'avoir nié tout ça, après avoir plaidé coupable », a commenté la jeune femme aujourd'hui âgée de 21 ans.

Elle a appris à la cour mardi que Déane Beauchamp avait elle-même été victime d'agressions sexuelles dans sa jeunesse.

« Je me pose la question, pourquoi elle l'a fait subir à d'autres », se demande l'ex-gardienne du couple.

La jeune femme est déçue du comportement du couple, qui lui a laissé plusieurs séquelles psychologiques.

« Je leur faisais confiance à ces gens-là », a-t-elle dit.

Plus d'articles