Retour

La construction en montagne freinée dans les banlieues nord

La construction de résidence dans les zones à fortes pentes ne sera désormais plus possible dans les municipalités du nord de la couronne de Québec. Le nouveau règlement pour la protection du lac Saint-Charles et de son bassin versant interdira aussi toute construction qui ne sera pas reliée à un réseau d'aqueduc et d'égouts.

Le maire Régis Labeaume, qui préside la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ, croit que les nouvelles restrictions sont strictes, mais nécessaires pour protéger l'eau du lac Saint-Charles. Il rappelle que près de 300 000 personnes y puisent leur eau potable.

La réaction des opposants ne l'inquiète pas. « On ne pensait pas que personne n'allait nous baiser les pieds parce qu'on faisait un nouveau règlement. On ne s'attendait pas à ça », a-t-il dit mardi.

Toutes les nouvelles constructions devront être reliées à un système d'aqueduc et d'égout pour être autorisées, mais certaines exceptions pourraient être tolérées dans les secteurs plus isolés.

Il sera impossible toutefois de bâtir dans des pentes supérieures à 15 %. L'ancienne limite de 25 % est revue à la baisse afin de limiter le ruissellement et l'érosion des sols lors de fortes pluies.

Régis Labeaume assure que toutes les personnes ayant déjà acheté un terrain auront l'occasion de présenter leur dossier pour l'obtention d'un permis de bâtir. La CMQ fera preuve de sensibilité.

Les promoteurs inquiets

Le nouveau règlement pour protéger les sources d'eau, dont les détails ont été présentés mardi matin aux membres de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), continue de soulever les craintes des promoteurs à Lac-Beauport, Sainte-Brigitte-de-Laval et Stoneham.

L'APCHQ réserve ses commentaires pour le moment, mais des promoteurs craignent de voir leurs développements paralysés.

Le promoteur Dany Morency s'interroge notamment sur les conséquences pour ses clients. « J'ai des terrains qui sont livrés à des clients et aujourd'hui, on n'a pas eu de réponse à savoir si ces clients-là vont avoir un droit acquis ou une compensation. »

« Ça va affecter sûrement des choses », a constaté Robert Giroux, promoteur à Lac-Beauport.

Le nouveau règlement de contrôle intérimaire doit être présenté par la CMQ lors d'assemblées citoyennes au cours des prochains jours.

Il sera officiellement déposé lors de la prochaine séance de la CMQ, le 15 mars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine