Retour

La cuisante défaite de Mulcair surprend à Québec

L'ancien député néo-démocrate de Beauport-Limoilou Raymond Côté fait partie des 52 % des membres du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui ont montré la porte à leur chef Thomas Mulcair, dimanche. Malgré tout, le militant ne s'attendait pas à une défaite cuisante de la sorte.

« Ça a été la stupeur. À peu près personne ne s'attendait à ce que ça soit aussi fort et même qu'il y ait une majorité pour demander le déclenchement d'une campagne à la chefferie », affirme l'ex-député au lendemain du congrès qui a réuni quelque 1800 délégués à Edmonton.

Raymond Côté dit vouer une « grande admiration » à Thomas Mulcair, mais déplore son style de gestion. Il fait porter au chef néo-démocrate une partie de la responsabilité pour la défaite électorale d'octobre dernier.

« L'équipe qui est à la tête du NPD prenait des décisions et l'imposait passablement à la base. Je l'ai vu à plusieurs reprises et c'était particulièrement patent durant la campagne électorale », explique-t-il pour justifier son vote.

L'ex-député néo-démocrate de la circonscription de Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, Jonathan Tremblay, est lui aussi surpris du résultat.

Mais pour lui, changer de chef n'est « pas une solution en soi ». « Il faut travailler encore plus en profondeur, il faut regarder ce qu'on veut mettre de l'avant, il faut penser à notre image », fait valoir Jonathan Tremblay.

Le parti a deux ans pour trouver son nouveau chef. Thomas Mulcair doit rester à la tête du NPD jusqu'à l'élection de son successeur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine