Retour

La DPJ inquiète des pratiques religieuses du révérend Mukendi

Radio-Canada a appris que la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) est intervenue auprès de plusieurs familles impliquées dans une communauté religieuse de Québec.

Un texte de Yannick Bergeron

La DPJ s'inquiète du sort de nombreux enfants qui sont exposés aux pratiques religieuses de Paul Mukendi.

Ce dernier fait face à des accusations d'agression sexuelle et de voies de fait sur une jeune femme.

Il a été libéré après sa comparution au palais de justice de Québec, mardi.

L'intervention de la DPJ n'est pas liée à ces accusations, mais plutôt aux méthodes employées par le prédicateur.

Paul Mukendi dirige le Centre évangélique La Parole de Vie, situé sur le boulevard Pierre-Bertrand.

Jeûne et « prière miracle »

La DPJ estime que la santé physique et psychologique de certains enfants pourrait être compromise.

Lors d'audiences tenues cette semaine, les procureurs de la DPJ ont dénoncé la participation d'enfants à des jeûnes et des séances de prière particulières.

Le site internet du groupe religieux annonce la tenue d'un jeûne de 21 jours à compter du mois prochain.

De plus, tous les jeudis sont consacrés à des prières dîtes de « miracles ».

Enfants retirés

La DPJ a demandé une ordonnance du tribunal pour retirer de leur milieu les enfants de trois familles.

La Cour du Québec a en partie donné raison à la Direction de la protection de la jeunesse, mercredi.

Les enfants de deux des trois familles ont été retirés de leur milieu familial en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse.

Il s'agit là d'une mesure temporaire. La cause reviendra devant la Chambre de la jeunesse en novembre pour être révisée.

Un complot, dit le pasteur

Paul Mukendi n'a pas retourné l’appel de Radio-Canada au Centre évangélique Parole de Vie.

Le pasteur a par contre réagi à sa mise en accusation devant ses fidèles réunis pour le « Jeudi miracle », jeudi soir.

Le révérend affirme qu'il est victime d'un complot et que son procès permettra de prouver son innocence.

Sa déclaration, filmée et publiée sur la page Facebook de son ministère, a reçu l'approbation de plusieurs fidèles réunis pour l'entendre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine