Retour

La Fédération québécoise des municipalités approuve le pacte fiscal à 75 %

Les membres de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) se sont prononcés samedi en faveur du pacte fiscal dans une proportion de 75 %.

Réunis à Québec depuis jeudi, les membres de la FQM étaient invités à voter de façon électronique sur l'offre de pacte fiscal faite par le gouvernement libéral de Philippe Couillard.

Pour Richard Lehoux, président de la FQM, le vote de samedi représente une étape importante dans les démarches que mène l'organisme pour l'adoption d'une loi-cadre sur la gouvernance de proximité attendue d'ici à l'automne 2016.

« Nous avons posé les jalons des relations que nous souhaitons entretenir avec le gouvernement avec ce pacte fiscal. Il n'est pas parfait, mais nous pouvons être fiers de ce que nous sommes allés chercher et de l'exercice démocratique historique que nous avons mené », a-t-il réagi.

« Le règlement du pacte fiscal n'est pas une fin en soi. Le travail vient de commencer », a ajouté Richard Lehoux, en clôture de la réunion des membres de la FQM.

Richard Lehoux a tenu à rappeler au gouvernement québécois que la réponse des membres de la FQM n'est pas un chèque en blanc, « mais plutôt le début de la redéfinition de nos relations avec l'État. »

De son côté, le ministre des Affaires municipales Pierre Moreau a fait savoir par voie de communiqué qu'il était « très heureux de l'appui significatif » des partenaires du milieu municipal.

Le pacte fiscal prévoit notamment une révision des modalités de négociations avec les syndicats ainsi qu'une révision des règles concernant l'arbitrage.

Vendredi, le ministre des Affaires municipales Pierre Moreau n'a cependant pas précisé quelles seront les procédures qui permettraient aux villes de décréter les conditions de travail ou les termes d'une convention collective, s'il y avait impossibilité d'une entente avec les syndicats.

Pierre Moreau a tout de même rappelé que le nouveau pacte fiscal avec les municipalités rétablira le rapport de forces entre les villes et leurs employés.

Rappelons que les membres de l'Union des municipalités du Québec avaient pour leur part accepté mercredi dernier l'offre de Québec dans une proportion de 80 %.

Plus d'articles

Commentaires