Retour

La grande région de Québec au déclenchement des élections

Au déclenchement des élections fédérales, le portrait politique de la grande région de Québec se dépeint en deux couleurs : orange pour les néo-démocrates sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent et bleue pour les conservateurs dans Chaudière-Appalaches.

Lors des dernières élections fédérales de 2011, les députés néo-démocrates avaient profité de la vague orange et raflé les sept circonscriptions de la région de la Capitale-Nationale que sont Beauport-Limoilou, Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Louis-Hébert, Louis-Saint-Laurent, Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, Portneuf-Jacques-Cartier et Québec.

La région de Chaudière-Appalaches est pour sa part restée résolument conservatrice avec quatre circonscriptions remportées par les conservateurs, les députés Maxime Bernier (Beauce), Steven Blaney (Lévis-Bellechasse) et Jacques Gourde (Lotbinière-Chutes-de-la Chaudière) obtenant un troisième mandat.

Le Bloc québécois avait pour sa part mordu la poussière en perdant ses deux seuls sièges. La circonscription de Québec, qui avait été bloquiste pendant 18 ans, a été perdue aux mains de la candidate néo-démocrate Annick Papillon.

De leur côté, les libéraux fédéraux n'ont fait élire aucun député dans la région depuis 2004.

Cette année-là, le Parti libéral du Canada (PLC) avait réussi à faire réélire Claude Drouin dans la circonscription de la Beauce. Deux ans plus tard, aux élections fédérales de 2006, le conservateur Maxime Bernier avait battu le libéral qui tentait de conserver la circonscription de la Beauce dans le giron du PLC.

La région courtisée

Les partis fédéraux s'activent sur le terrain depuis des mois dans l'espoir de changer ce portrait électoral et faire des gains dans la région. Le chef néodémocrate Thomas Mulcair, le libéral Justin Trudeau, le chef conservateur Stephen Harper sont venus faire des annonces ou discuter des dossiers régionaux.

Plusieurs candidats ont également commencé à faire du porte-à-porte pour rencontrer les électeurs plusieurs semaines avant le déclenchement des élections.

Selon les sondages les plus récents, le NPD a toujours la faveur populaire dans la province. Dans la région toutefois, les conservateurs espèrent leur ravir Louis-Saint-Laurent avec la candidature de l'ancien caquiste Gérard Deltell, qui a choisi de se présenter en politique fédérale sous la bannière du Parti conservateur.

La présente campagne électorale, dont le coup d'envoi officiel vient d'être donné, s'échelonnera jusqu'au 19 octobre.

Plus d'articles

Commentaires