Retour

La LNH dit non à Québec : « Un pas de côté, pas un pas de recul » - Philippe Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard demeure optimiste de voir les Nordiques retrouver leur place au sein de la Ligue nationale de hockey (LNH). Il croit que la capitale demeure dans les plans de la LNH, même si Las Vegas lui a été préférée en vue d'une expansion en 2017-2018.

« Moi, je retiens surtout les commentaires très positifs, a réagi le premier ministre après l'annonce du commissaire de la LNH, Gary Bettman. On comprend que la candidature n'est pas écartée à jamais. Elle est seulement déplacée dans le temps. »

Philippe Couillard souligne les propos élogieux de Gary Bettman à l'endroit des amateurs de hockey de Québec et du nouvel amphithéâtre.

Selon le premier ministre, la décision de financer la construction du Centre Vidéotron à même les fonds publics était la bonne, même si le retour des Nordiques est loin d'être confirmé.

« De toute façon, on a un équipement qui nous permet d'accueillir des spectacles en tout genre. C'est certain qu'avec une équipe professionnelle, on est vraiment dans le centre même de ce qu'on voulait accomplir avec l'amphithéâtre. »

Le silence de Labeaume dénoncé

Le maire Labeaume a refusé de commenter le dossier, plaidant qu'il devait assister à la graduation de sa fille.

Pour l'opposition à l'Hôtel de Ville, ce silence est inquiétant.

« On sait très bien que sans équipe, ça va être difficile de rentabiliser l'amphithéâtre », a lancé la conseillère municipale de Démocratie Québec, Anne Guérette.

Les ex-Nordiques divisés

De son côté, Alain Côté s'est dit « très déçu » par le discours du commissaire. L'ancien des Nordiques estime que rien n'indique que la Ligue nationale considère véritablement Québec en vue d'une expansion ou d'un déménagement. Aucun échéancier n'a été avancé au sujet d'un retour de la capitale au sein du circuit. « Il n'y a absolument rien qui est ressorti, rien qui est promis », déplore-t-il.

L'ancien joueur de centre des Bleus, Marc Fortier, est plus optimiste pour la suite. Il rappelle que des équipes comme les Hurricanes de la Caroline et les Coyotes de l'Arizona traversent des difficultés financières.

Une opinion partagée par le hockeyeur David Savard. Le natif de Québec et membre des Blue Jackets de Columbus croit qu'à l'image de Winnipeg, la capitale représente un marché idéal pour une équipe en faillite.

Même si la Ligue nationale refuse pour l'instant d'envisager un déménagement pour l'une de ses formations, les choses peuvent évoluer rapidement, selon David Savard. « Peut-être l'an prochain, peut-être dans deux ans, croit-il. Il ne faut vraiment pas désespérer. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine