Retour

La location avec option d'achat pour accéder à la propriété

Acquérir une propriété devient de plus en plus difficile au Québec notamment avec l'arrivée des nouvelles règles hypothécaires entrées en vigueur à l'automne dernier. Dans ce contexte, des promoteurs ont développé des formules comme la location avec option d'achat pour donner un coup de pouce aux nouveaux acheteurs.

Un texte de Marie-Maude Pontbriand

Une équipe de Construction Maurice Bilodeau est au Salon Expo habitat pour faire la promotion de son nouveau programme né il y a à peine un mois. La formule de location avec option d'achat s'adresse aux premiers acheteurs qui ne sont pas admissibles à un prêt hypothécaire.

L'entreprise lévisienne construira des jumelés, dans le secteur de Pintendre, pour ces acheteurs potentiels. Ils disposeront ainsi d'une période de 2 ans en location pour améliorer leur situation financière et accumuler une mise de fonds.

Au moment de céder la propriété, le constructeur remettra un montant 10 000 $ au nouveau propriétaire, ce qui correspond aux deux tiers d'une mise de fonds de 5 %.

La directrice générale Caroline Boilard explique que l'avantage pour le futur propriétaire est de pouvoir emménager dans sa maison neuve deux ans avant d'en être propriétaire, évitant ainsi un déménagement.

« Il y a beaucoup de curiosité », raconte celle qui n'a pas encore vendu d'unité, mais qui a déjà rencontré plusieurs acheteurs potentiels.

Audrey Létourneau et son conjoint sont allés faire un tour au Salon Expo habitat pour s'inspirer. Ils viennent tout juste de signer un contrat pour l'achat de leur première propriété, un jumelé à construire. Le couple avait la mise de fonds nécessaire pour acheter sa résidence, c'est pourquoi le programme location avec option d'achat ne les interpelle pas.

« Je pense que ça peut intéresser d'autres nouveaux acheteurs », souligne la jeune femme.

D'autres solutions

L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec qui organise le Salon Expo habitat estime qu'il s'agit d'une solution intéressante, mais de dernier recours.

C'est une solution de compromis parce les jeunes ont de la difficulté à acheter leur première maison et les constructeurs dans certains cas veulent écouler leurs unités.

François-William Simard, vice-président développement stratégique et communications à l'APCHQ

L'Association estime que le Québec fait face à un enjeu de société important avec l'accession à la propriété qui se complique. La location avec option d'achat peut être une solution envisageable, mais l'APCHQ préconise davantage des solutions comme des programmes de prêts sans intérêts sur la mise de fonds ou encore l'abolition de la taxe de bienvenue pour aider les jeunes à acquérir leur première propriété.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir