Simone Boilard franchira cette semaine une grande étape dans sa jeune carrière d'athlète : elle participera aux championnats du monde de cyclisme sur route à Bergen en Norvège.

Un texte de Jean-Philippe Martin

L'athlète de Québec fait partie des quatre membres de l'équipe féminine junior du Canada aux Mondiaux.

« C'est sûr que ç’a toujours été un rêve pour moi, mais je ne veux pas me laisser emporter par l'envergure de cette course-là. »

La course sur route vendredi sera sa toute première course sur la scène internationale. Elle nage dans l'inconnu et ne connait à peu près rien du calibre de ses adversaires. En fait, elle ne connait même pas leurs noms!

La seule chose qu'elle a en tête, c'est d'être prête pour le départ. C'est pourquoi elle et son entraîneuse, Christine Gillard, ont décidé de s'envoler pour la Norvège, 10 jours avant la course.

« Je ne ferai pas ça à tous les projets de ma vie, d'y aller d'avance, précise Simone. Mais c'est ma première course internationale, avec le décalage horaire, c'est une première grosse expérience, on va prendre le temps de bien faire les choses. »

Prendre son temps, Simone Boilard connait bien.

L'an dernier, elle avait rempli tous les critères de performance pour assurer sa place au sein de l'équipe canadienne aux championnats du monde.

À 15 ans, la surdouée avait surpris tout monde en remportant les championnats canadiens juniors, qui regroupent des coureuses de moins de 19 ans.

Mais, selon les critères de l'Union cycliste internationale (UCI), elle était trop jeune pour prendre part aux Mondiaux.

Un an plus tard, Simone Boilard est toujours convaincue qu'elle était d'attaque pour se frotter aux meilleures au monde l'an dernier. Cyclisme Canada aurait pu demander une dérogation, mais elle estime, avec le recul, que la patience était de mise.

« Je pense que c'était une bonne chose de ne pas y aller. Il ne faut pas brûler les étapes. Cette année, je suis encore plus prête que l'année passée. Ça va être une super belle expérience! »

Surmonter la pression

Simone avoue avoir eu de la difficulté à gérer la pression qui venait avec la défense de son titre de championne.

Nerveuse et malade, elle a quand même réussi à se classer parmi les quatre premières au classement général grâce à une troisième place à la course sur route et une quatrième position au critérium et au contre-la-montre.

« Ce contre-la-montre, c'est ma pire course de la saison. Ç’a été difficile pour moi! La pression du titre national l'année passée, alors que je n’étais même pas de la catégorie. De devoir le concrétiser cette année, c'était lourd. Mais j'ai appris beaucoup de choses. »

Les championnats canadiens ont été son seul faux pas.

La saison 2017 lui a permis d'ajouter à son palmarès un autre titre au Tour de la relève internationale de Rimouski (où elle a remporté tous les maillots) et trois médailles, une d'or et deux d'argent, aux Jeux du Canada, où elle roulait dans le groupe des moins de 23 ans.

Aux côtés de Kristy Lay

En préparation pour les Mondiaux, Cyclisme Canada a jumelé Simone à l'Albertaine Kristy Lay.

S'entraîner pendant deux semaines aux côtés de la médaillée de bronze des Jeux de Rio à poursuite sur piste a permis à la Québécoise de réaliser qu'elle était dans la meilleure forme de sa vie.

« Simone, en ce moment, est au maximum de ce qu'on peut atteindre pour cette année, croit Christine Gillard. On est même allé plus loin qu'on pensait! On va juste espérer que tout s'aligne parfaitement le 22 septembre, jour de la course. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine