Retour

La pilule abortive gratuite au Québec dès cet automne

Les Québécoises désirant mettre fin à une grossesse de sept semaines ou moins pourront obtenir la pilule abortive sans frais dès cet automne, selon ce qu'a annoncé jeudi le ministre de la Santé de la province, Gaétan Barrette.

La pilule sera remboursée en vertu d'un programme de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ).

En conférence de presse, le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette, a déclaré que cette annonce répondait « à bien des souhaits des femmes au Québec ».

« Le gouvernement du Québec a toujours été en faveur du droit des femmes à faire des choix, particulièrement en ce qui a trait à l'avortement », a ajouté Gaétan Barrette.

La pilule RU-86, commercialisée sous le nom de Myfegymiso par la compagnie Celopharma, a été approuvée par Santé Canada en 2015.

Le gouvernement du Québec a demandé à l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESS) de statuer sur la pilule abortive de Celopharma. L'INESS a rendu une « opinion formelle » sur le médicament en février dernier.

De plus, l'Alliance pharmaceutique pancanadienne a demandé au Québec de négocier le prix de vente du médicament pour l'ensemble du pays. Après négociations, Québec est parvenu à une entente confidentielle à cet effet mercredi, a précisé le ministre de la Santé.

« Les analyses que nous avons faites de la pilule ayant confirmé son efficacité et sa sécurité, nous avons décidé de l’offrir gratuitement », a affirmé le ministre Barrette.

Au Canada, quatre autres provinces ont décidé d'offrir cette pilule : l'Alberta, l'Ontario, le Nouveau-Brunswick et le Manitoba. Jusqu'à présent, toutefois, le médicament n'est disponible qu'au Manitoba.

Tout comme le Québec, les trois autres provinces doivent encore définir les modalités relatives à l'administration du médicament et au suivi médical des patientes.

Pas comme la pilule du lendemain

Le Myfegymiso n'est pas « la pilule du lendemain », a expliqué Gaétan Barrette. « C'est un autre médicament. »

La pilule doit être administrée dans les 49 premiers jours de la grossesse, « et pas un jour de plus », affirme le ministre Barrette. Comme elle comporte de possibles complications tels saignements et douleurs, il faut que la patiente donne son consentement pour l'obtenir, sur prescription.

Ensuite, elle passera une échographie afin de s'assurer précisément du stade de sa grossesse. De plus, après avoir pris le médicament, la patiente doit bénéficier d'un encadrement médical pendant deux semaines.

Le Collège des médecins du Québec et l'Ordre des pharmaciens du Québec en sont à peaufiner cet encadrement et devraient avoir terminé cet exercice « tôt cet automne », a déclaré Gaétan Barrette, qui qualifie de « très positive » cette annonce.

Une nouvelle option

Au Québec, les femmes désirant obtenir un avortement chirurgical en clinique pourront toujours le faire. La pilule abortive constituera une option de plus, pharmacologique cette fois. Il reste à définir où précisément sera offert le Myfegymiso. Cela pourrait être au sein des cliniques de planification familiale qui sont implantées partout dans la province, avance Gaétan Barrette.

Une chose est sûre, dit le ministre : « Ce ne sera pas votre voisin médecin qui pourra vous en donner une prescription », signifiant par là que seuls les professionnels de la santé ayant été formés et étant capables d'encadrer les patientes seront autorisés à le prescrire.

L'an dernier au Canada, des voix se sont élevées pour dire que la pilule abortive devrait être administrée par des pharmaciens.

Dans la revue Canadian Medical Association Journal, un médecin et un professeur en sciences pharmaceutiques ont expliqué que « la distribution de la pilule abortive par les médecins limite la disponibilité du Mifegymiso, présente un conflit d'intérêts professionnels et, dans de nombreux cas, limite l'accès à l'avortement aux femmes et aux communautés qui en ont le plus besoin ».

L'Ordre des pharmaciens salue la décision du ministre

L'Ordre des pharmaciens du Québec s'est dit très heureux de l'annonce du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de la disponibilité et de la gratuité de la pilule abortive, d'ici la fin de l'automne 2017.

« On l'avait demandé avec le Collège des médecins, alors on est très heureux de la nouvelle de la gratuité qui est accordée à ce produit-là, ça va assurer un meilleur accès et une meilleure option pour les femmes qui veulent avoir accès à ce produit-là », s'est réjoui le président de l'Ordre des pharmaciens du Québec Bertrand Bolduc.

Réaction très positive aussi au Collège des médecins du Québec. Le secrétaire Yves Robert a confirmé que les discussions avec l'Ordre des pharmaciens pour implanter le tout étaient bien entamées. M. Robert partage l'optimisme du ministre Barrette quant à la disponibilité de la pilule abortive dès cet automne.

« On a pensé exploiter le réseau déjà existant des cliniques d'avortement. Nous avons au Québec le meilleur réseau de cliniques d'avortement au Canada. C'est un réseau qui offre des services d'avortement sur l'ensemble du territoire. Il n'y a aucune liste d'attente. C'est interprofessionnel », a souligné le docteur Robert.

Pas une question de coûts

La pilule abortive Myfegymiso coûte en moyenne un peu moins cher qu'un avortement chirurgical.

« Si le médicament avait entraîné un coût supplémentaire, on l'aurait autorisé quand même », affirme le ministre de la Santé, qui insiste pour dire que « ce n'est pas un enjeu économique ». « C'est plutôt pour la santé et le confort des femmes », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine